Variant Omicron : des Réunionnais bloqués en Afrique du Sud espèrent un rapatriement rapide

coronavirus
Réunionnais bloqués en Afrique du Sud
©DR
Hier, mardi 30 novembre, la Préfecture de La Réunion a confirmé l’apparition du premier cas du variant Omicron dans le département. Une mutation jugée très contagieuse qui a conduit les autorités à suspendre les liaisons aériennes, au grand désespoir de vacanciers coincés sur place.

Emilie et son compagnon sont partis en vacances en Afrique du Sud le 14 novembre dernier. Les amoureux voulaient profiter de quinze jours de repos avant de reprendre leur travail dans le domaine médical. Mais la pause aura été de courte durée avec l’apparition du variant Omicron dans le pays. Le premier cas à La Réunion a, lui, été dévoilé ce mardi 30 novembre.

En effet, depuis le 27 novembre, les liaisons aériennes entre La France, in extenso La Réunion, et une dizaine de pays africains dont l’Afrique du Sud sont suspendues. Or, le couple de vacanciers devait rentrer sur le département le 28.

Quand les vacances se transforment en galère

Depuis, plusieurs jours, Emilie et son compagnon sont bloqués à Johannesburg, "livrés à eux-mêmes" avec "très peu d’informations."

Le témoignage d’Emilie recueilli par Hermione Razafinarivo :

Réunionnais bloqués en Afrique du Sud

 

En attendant un rapatriement, le couple doit "avancer les frais pour continuer à se loger, à se nourrir."  Une situation qui ne ressemble plus du tout à des vacances.

Il ne faut pas croire que ce sont des vacances dans ces conditions parce que, finalement, les vacances sont faites pour être reposantes et là, ce n’est pas du tout le cas.

Emilie

 

Pour la jeune femme, les problèmes administratifs à régler quotidiennement, depuis l’annonce de la fermeture des frontières, ont largement pris le pas sur l’objectif initial de leurs vacances, à savoir profiter de l’Afrique du Sud.

Attente d’un rapatriement vers La Réunion

Le couple attend désormais un rapatriement rapide vers La Réunion dans les prochains jours, même s’il déplore l’absence d’information en ce sens. En effet, c’est la mère d’Emilie à La Réunion qui alerte régulièrement la compagnie aérienne Air Austral sur la situation de sa fille.

Pour ce qui est du couple, il suit les réseaux sociaux pour tenter de glaner des informations. Emilie et son compagnon se sont aussi renseignés sur un éventuel retour en passant par un autre pays mais cela serait "financièrement un énorme gouffre."

Pour la jeune femme, un retour direct à La Réunion est à privilégier car, " si le variant est vraiment contagieux, il vaut mieux éviter un rapatriement avec escale".

La Réunionnaise qui demande également aux autorités une certaine cohérence dans leurs décisions car, "si ce variant est aussi préoccupant, pourquoi les laisser encore dans l’attente (en Afrique du Sud) au lieu de les mettre en sécurité en les ramenant le plus vite chez eux."

Une reprise des vols entre La Réunion et L’Afrique du Sud le 4 décembre

Les voyageurs bloqués en Afrique du Sud entrevoient une lueur d’espoir. En effet, les autorités ont annoncé, aujourd’hui, que la suspension des vols en provenance de sept pays d’Afrique Australe, incluant l’Afrique du Sud, est prolongée jusqu’au 4 décembre.

 

Ensuite, précise Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement, ces vols reprendront samedi avec "un encadrement drastique." Ils ne permettront qu’aux "voyageurs français, aux ressortissants de l’Union Européenne (UE), aux diplomates et aux personnels naviguant" de prendre l’avion vers la France.

Par ailleurs, ces voyageurs subiront un test Covid à leur arrivée en France, suivi d’un isolement de sept jours en cas de résultat négatif. Le temps d’isolement passera à dix jours en cas de test positif.

Le Gouvernement qui ajoute que l’inquiétude porte sur "la croissance fulgurante du nombre de cas détectés" avec "13 cas suspects du variant Omicron " détectés en France.