Vers un allégement des restrictions et une prolongation du pass sanitaire ?

coronavirus
pass sanitaire
©RB / Imaz Press Réunion
Quelques jours après les allégements des mesures de restriction annoncés par le préfet de La Réunion, un nouvel allégement au niveau national pourrait avoir lieu au niveau national. Le pass sanitaire pourrait, quant à lui, être prolongé.

Les déclarations politiques des derniers jours ne sont pas encore très claires. Mercredi dernier, lors d’un déplacement en région, Emmanuel Macron est interpellé par une femme enceinte opposée au vaccin, qui lui demande si le pass sanitaire continuera après le 15 novembre.

Le président de la République lui répond : " il y a des départements où on va être amenés à alléger un peu les contraintes en fonction de l’évolution de l’épidémie ". Tout le monde comprend alors que le pass sanitaire pourrait être assoupli.

Un possible allégement progressif ?

Mais le lendemain, sur RTL, le ministre de la Santé, Olivier Véran, est beaucoup plus prudent et déclare : « Nous n’y sommes pas encore. Nous n’avons pas fait d’annonce ». Hier, dans les colonnes du journal Le Parisien, Olivier Véran est un peu plus encourageant.

Nous voulons que les Français puissent respirer le plus tôt possible ", déclare le ministre. Et il ajoute, " si la situation continuait à s’améliorer, nous pourrions alléger progressivement les restrictions là où le virus circule le moins d’abord, puis partout sur le territoire ".

Vers une prolongation du pass sanitaire ?

Dernier épisode aujourd’hui, lundi 20 septembre. L’entourage du Premier ministre, Jean Castex, indique qu’un projet de loi pour proroger le pass sanitaire au-delà du 15 novembre est en cours d’élaboration et sera présenté le 13 octobre en conseil des ministres.

Après toutes ces déclarations, on ignore aujourd’hui quels pourraient être les allégements évoqués. Un proche du chef de l’Etat évoque par exemple des protocoles revus à la baisse dans les établissements scolaires.

On devrait en savoir plus mercredi, un nouveau conseil de défense sanitaire est en effet prévu ce jour-là.

La Réunion parmi les régions où le virus circule le moins

La situation continue de s’améliorer à La Réunion. Depuis la semaine dernière, le taux d’incidence est passé sous la barre des 100/100 000. Le 16 septembre, il était de 73/100 000, selon Santé Publique France. Pour la première fois, il repasse sous la moyenne nationale, qui est désormais de 79/100 000.

Au début du mois d’août, La Réunion était parmi les départements avec les plus forts taux d’incidence. Aujourd’hui, elle se trouve dans la moyenne nationale, comme la majorité des départements français donc.

Elle ne fait en revanche pas encore partie des 34 départements qui sont désormais sous le seuil d’alerte, à savoir avec un taux d’incidence inférieur à 50/100 000, ce qui est notamment le cas de Mayotte avec un taux d’incidence à 39,7/100 000.