Violences urbaines à Saint-Benoît : l'un des meneurs jugé cet après-midi

faits divers
Mercredi 3 novembre, une quarantaine de jeunes ont caillassé un immeuble de la Cité Labourdonnais, à Saint-Benoît
Mercredi soir, les habitants de la Cité Labourdonnais ont assisté à des scènes de violences dont ils ont été les victimes collatérales. ©Olivier Delarichaudy
Un jeune homme a été interpellé mercredi soir, après la soirée d'échauffourées dans la Cité Labourdonnais, à Saint-Benoit. Considéré comme l'un des meneurs, il sera jugé ce vendredi après-midi à Saint-Denis en comparution immédiate.

Des vitres brisées, des galets sur la chaussée et des poubelles calcinées. C'était le triste spectacle que donnait à contempler hier la Cité Labourdonnais, après une soirée d’affrontements entre bandes rivales et forces de l'ordre. Choqués, les habitants du quartier ont pu exprimer par la suite leur désarroi auprès du maire Patrice Selly, venu à leur rencontre. Ils ont demandé "une solution, pour ne plus continuer à vivre comme ça, dans la peur."

 

Un jeune avec "un casier relativement chargé"

Après les échauffourées mercredi soir, plusieurs individus, dont des mineurs, ont été interpellés . L'un d'eux est un jeune majeur, soupçonné d’être l'un des meneurs de la bande de Bras-Fusil, venu en découdre à la Cité Labourdonnais. D'abord placé en garde à vue, il est jugé ce vendredi après-midi au tribunal correctionnel. "L'individu risque une sanction pénale qui peut-être de la prison ferme, explique le maire de Saint-Benoît, Patrice Selly. Mais tout dépendra des éléments à charge qui seront retenus contre lui et de sa personnalité puisqu'il semble que ce soit un individu qui ai un casier relativement chargé".

Le Maire précise également que la procédure suit son cours et qu'il "espère d'autres interpellations dans les semaines à venir".