Au Piton de la Fournaise, la coulée marque le pas et s'épaissit

catastrophes naturelles
carte coulée 20 avril 2021
La coulée a stoppé sa progression en direction du Grand-Brûlé. En revanche, l'intensité constante du trémor permet aux laves de s'étendre au pied du cratère Bonnet à l'aplomb du Nez Coupé du Tremblet. ©OVPF

L'éruption du Piton de La Fournaise se poursuit dans l'Enclos. Difficile d'observer le phénomène avec la météo, mais les scientifiques de l'observatoire ont pu déterminer que le front de coulée a stoppé sa progression. En revanche, le champs de lave continue à s'étendre en largeur et en hauteur. 

Voilà 13 jours maintenant que le volcan est entré en éruption sur le flanc sud du volcan. Les deux cônes, principal et secondaire, situés à environ 700 mètres au sud ouest du cratère Château Fort sont toujours actifs. Avec des fontaines de laves. Difficile d'estimer leur hauteur, car les mauvaises conditions météorologiques n'ont pas permis d'effectuer des observations précises. L'intensité du trémor (indicateur d’une émission de lave en surface) est restée stable en comparaison des jours précédents. 

volcan piton de la fournaise éruption site éruptif 200421
Photo prise lors d'un survol en ULM le 20/04/2021 ©OVPF-IPGP

Au cours de ces dernières 24 heures, 3 séismes volcano-tectoniques superficiels (entre le niveau de la mer et la surface) ont été enregistrés sous les cratères sommitaux. Aucune déformation significative n'a été enregistrée. Aucune migration du magma n'est envisagée en dehors du flux actuel. 

La coulée s'étend latéralement et en hauteur

L'éruption se poursuit donc dans l'Enclos en direction du Grand Brûlé. Le front de coulée n'a cependant pas progressé ces dernières heures. Marquant le pas à une centaine de mètres en amont du cratère le Bonnet. Lors d'un survol de la zone en ULM ce mardi, des prises de vues ériennes ont été effectuées. Leur traitement, selon le procédé de stéréophotogrammétrie, avec les appareils de l'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise a permis de tracer le contour précis du champ de lave. 

La coulée ne progresse plus en direction des Grandes Pentes. Elle s’étend désormais latéralement et prend du volume, avec un épaississement au niveau du réseau de tunnels de lave qui s’est mis en place sur le plateau en aval des cônes.

La longeur totale de la coulée était de l'ordre de 3,5 km et sa largeur maximale de 750 m.