Les étudiants du Airways College reçus par le ministre des transports Jean-Baptiste Djebbari

transports
jean-baptiste djebbari

Après le placement en liquidation judiciaire de l'école d'aviation, 217 étudiants se retrouvent sans école, sans diplôme et surendettés. Certains de leurs représentants se sont rendus à Paris pour rencontrer Jean-Baptiste Djebbari. Le ministre des transports s'est engagé à chercher une solution.

Une semaine après la mise en liquidation judiciaire de l'école, les étudiants et les anciens salariés s'organisent. Derrière leur mobilisation, un objectif : trouver au plus vite un repreneur à l'école, et assurer leur avenir incertain. 

À lire également : Airways College : le désarroi du Saint-Pierrais Théo Autin

Parmi les élèves, le jeune Théo Autin, 18 ans, Saint-Pierrais, qui a commencé l'école le 1er mars dernier. Ils sont 217 comme lui a avoir du précipitemment mettre en veille son projet d'étude. En plus des étudiants, 40 salariés se sont aussi retrouvés sans travail du jour au lendemain. Le Miquelonnais Kevin Gautier, 26 ans. Il avait trouvé un emploi de mécanicien au sein de l'école, en attendant de meilleurs jours pour le secteur aérien. 

Le ministère des transports se saisit du dossier

 

Jeudi 6 mai, trois représentants étudiants ont été reçu par le ministre des transports Jean-Baptiste Djebbari. Le ministre s'en engagé à chercher une solution ; dans l'idéal un repreneur, à minima la possibilité pour les étudiants de finir leur formation. Pour intégrer l'école, les étudiants ont du débourser près de 100 000 euros.

Les explications de Jean-Michel Mazerolle.