Après 19 ans de mandat, Karine Claireaux quitte son siège de maire de Saint-Pierre

élections
Karine Claireaux
©SPM la 1ère
Battue à l'issue du premier tour des élections municipales, Karine Claireaux quitte ce lundi le fauteuil de maire qu'elle occupait depuis 19 ans. Mais elle n'abandonne pas la politique locale.
Karine Claireaux restera pendant longtemps l'incarnation du Maire de Saint-Pierre. Élue sans discontinuer pendant presque deux décennies, elle y a collectionné certains de ses souvenirs politiques les plus marquants. À commencer par la visite tout en symbole du président de la République François Hollande. C'était la veille de Noël 2014.
 

"François Hollande, je le connaissais depuis longtemps. Ca a été vraiment un moment important, qui s'est déroulé dans une convivialité extraordinaire. " - Karine Claireaux

 

37 ans au conseil municipal

 

Aussi loin que remonte ses souvenirs, Karine Claireaux s'est toujours intéressée à la chose politique. D'abord conseillère municipale, elle a fait ses premiers pas en 1983 aux cotés du maire Albert Pen. L'homme fort de l’époque était son mentor, il lui a beaucoup appris.

Après sa démission, et un mandat transitoire de trois ans effectué par Marc Plantegenest, elle est élue maire en 2001, avec une courte voix d’écart, contre une nouvelle venue dans le paysage politique locale : Annick Girardin. Contestée devant le Conseil d'Etat, l'élection est annulée, mais Karine Claireaux est de nouveau élue lors d'un nouveau scrutin, cette fois confortablement.
 

Priorité au redressement des comptes

 

Désormais membre du Parti Socialiste, auquel elle adhère en 2001, elle s'attèle à redresser les finances de la commune, alors en grande difficulté, et qui frôle la mise sous tutelle.

À lire aussi : Karine Claireaux souhaite ouvrir le réseau Compostplus aux territoires d'Outre-mer

Réélue à chaque scrutin municipal depuis près de vingt ans, Karine Claireaux prend plus récemment en charge l'épineux dossier de la gestion des déchets ménagers. Avec succès. La mise en place d'une filière de tri des recyclables permet enfin de résorber le traditionnel brûlage en décharge à ciel ouvert.
 

" Toute l'équipe y a mis beaucoup d'énergie, beaucoup de temps. C'est un beau dossier mené tant par les agents que les élus. Et mon mandat de sénateur a représenté une vraie opportunité, il m'a permis de rencontrer les éco-organismes. "


Mais au moment de quitter son poste, madame le maire exprime son plus grand regret : celui de ne pas avoir réussi à impulser sur l'archipel la réforme du statut en faveur de la collectivité unique.

À lire aussi : Le sénateur maire Karine Claireaux propose de réviser le statut institutionnel de l'archipel
 
" Aujourd'hui on a la tête et les jambes, mais qui ne sont pas reliées entre elles, c'est dommage sur un territoire de 250 kilomètres carrés. Mon idée, c'était d'être au plus près d'une cohérence territoriale qui est absolument indispensable ici. "

Karine Claireaux ne quitte pas la politique. Désormais conseillère municipale d'opposition, elle conserve les yeux rivés sur les prochaines échéances locales : l'élection territoriale et les législatives.

Le portrait signé Karim Baïla et Inès Pons-Texeira.
Portrait de Karine Claireaux ©SPM la 1ère