Coronavirus à Saint-Pierre et Miquelon : pourquoi ne pas tester toute la population ?

coronavirus
tests covid
Image d'illustration
A l'instar de la décision prise par la collectivité de Saint-Barthélemy, les autorités de Saint-Pierre et Miquelon pourraient-elles tester l'ensemble de la population au coronavirus afin d'accélérer le déconfinement ? Ce n'est pas pour l'instant l'option choisie par l'État.

Samedi 4 avril, la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy a débloqué une enveloppe de deux millions d'euros afin de faire dépister toute sa population, soit plus de neuf mille habitants.

À lire aussi > Saint-Pierre et Miquelon : le déconfinement "n'est pas d'actualité" même si le coronavirus "ne circule pas"

Ses élus espèrent ainsi accélérer le processus de déconfinement alors que l'île n'a enregistré que six cas positifs au coronavirus depuis le début de l'épidémie.
 

Une campagne de tests systématiques à Saint-Pierre et Miquelon ? 

L'exemple pourrait-il être suivi par l'archipel nord-américain ? Pas forcément. D'abord à cause de son statut. Comme le rappelle le sénateur Stéphane Artano, au contraire de Saint-Barth, "le conseil territorial de Saint-Pierre et Miquelon n’a pas la compétence santé, il ne peut donc légalement engager de dépense en matière de santé publique qui relève ici de l’Etat".
 

Résultats à l'instant T

De son côté, le préfet explique avoir pris contact avec Saint-Barthélemy et quelques autres petites îles françaises afin d'échanger les expériences réciproques. Mais il précise aussi qu'une population entièrement testée ne garantirait pas un archipel sans Covid-19.

À lire aussi : Coronavirus : un dispositif de dépistage strict en fin de quatorzaine à Saint-Pierre et Miquelon

En effet, l'actuel test utilisé par la France, dit test PCR (polymerase chain reaction) pratiqué en période d'incubation, peut rester négatif, alors que le patient deviendra bientôt contagieux.
 

" Il faut bien raisonner les stratégies de testing de la population, car cela peut donner de fausses informations. " - Thierry Devimeux, Préfet de Saint-Pierre et Miquelon


Selon Thierry Devimeux, le dispositif actuel imposé aux entrants (placement en quatorzaine puis test) est plus efficace.

Une analyse que partage le sénateur de l'archipel Stéphane Artano.
 

" Il est évident qu’avec les mesures prises de manière précoce à Saint-Pierre et Miquelon par le préfet en concertation avec les élus, nous arrivons à une situation qui est très satisfaisante [...]. " - Stéphane Artano, Sénateur


Par ailleurs, la logistique d'un testing à grande échelle s'avère compliquée à Saint-Pierre, du fait de l'absence du matériel nécessaire aux analyses.
 

Pourrait-on effectuer l'analyse des tests sur le territoire ?

Actuellement, les prélèvements effectués à Saint-Pierre et Miquelon sont acheminés par avion pour être traités dans le laboratoire canadien spécialisé d'Halifax, le QEII Health Sciences Centre microbiology lab. Les résultats sont connus dans un délai de 24 à 72 heures.
 

" Aujourd'hui le fonctionnement avec le laboratoire d'Halifax est plutôt fluide. Ils traitent nos tests avec la même célérité que les tests canadiens. " - Thierry Devimeux


Pour autant, le préfet précise que ses services "travaillent à un scénario d'analyse sur l'archipel" qui impliquerait la venue du matériel adapté. En France, de nouveaux procédés de tests sont sur le point d'être généralisés, des tests "moléculaires rapides et ultra-rapides" (respectivement 45 et 15 minutes), et un test sérologique sanguin avec recherche d'anticorps, qui permettra de savoir qui est immunisé.
 

Tester tout le monde, et après ? 

Et si les Saint-Pierrais et les Miquelonnais se découvraient presque tous indemnes de coronavirus mais donc, pour la grande majorité, non immunisés puisque n'ayant pas été en contact avec des malades ?

Pour se protéger, devraient-ils restés coupés du monde jusqu'à la disponibilité d'un vaccin ? La question des mesures de protection à prendre est clairement sur la table selon le sénateur Stéphane Artano.
 

"Penser qu'après le passage [de la Covid-19 en Europe puis en Amérique], nous serons tous préservés est je pense un raccourci de la situation réelle. Ceux qui auront été atteints par le covid seront a priori immunisés. Mais les autres ? On attend un vaccin, mais quand ? - Stéphane Artano, sénateur de Saint-Pierre et Miquelon


Des incertitudes sur l'avenir partagées également par Thierry Devimeux : "Je ne suis ni médecin, ni épidémiologiste. Mais c'est une bonne question..."

Derniers tests négatifs

À noter aussi : les derniers tests envoyés en début de semaine au laboratoire d'Halifax sont tous négatifs. Il s'agit de 38 prélèvements de sortie de quatorzaine stricte. La grande majorité des personnes testées a donc pu retrouver son domicile.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live