Coronavirus : la diaspora de Saint-Pierre et Miquelon raconte son confinement [épisode 1]

coronavirus
diaspora marie paturel patricia pelissier coronavirus confinement
confinement ©SPM la 1ère
A cause du coronavirus, ils sont loin de leur famille, de leurs amis. Confinés et isolés, des membres de la diaspora de Saint-Pierre et de Miquelon actuellement en France métropolitaine nous livrent leur quotidien et leurs recettes pour tenir.

Chacun le mesure, le confinement, ça n'est pas facile. Et encore moins quand on se trouve à des milliers de kilomètres de son cercle familial et social. Nous vous proposons une série de témoignages de Saint-Pierrais et Miquelonais qui s'expriment sur leur quotidien. C'est aussi notre moyen de garder le contact.
 

Une étudiante à Paris

Marie Paturel est une Saint-Pierraise qui étudie le journalisme à Paris. Elle est confinée en duo dans sa colocation. 

" Il faut être créatifs. Trouver des idées pour s'occuper. Faire un peu de sport, après quelques jours, le corps a envie de bouger un peu. Ce qui fait du bien, c'est le silence dans les rues. Et aussi le rendez-vous de 20h aux balcons quand tout le monde applaudit les soignants. C'est touchant de voir ça. "

Marie Paturel en confinement ©SPM la 1ère

 

A lire aussi > Vos questions sur le coronavirus : une urgentiste vous répond [épisode 1]
 

Une infirmière à Avranches

Infirmière anesthésiste, Patricia Pélissier-Quédinet est confinée à la maison mais peut quand même se rendre sans entrave à l'hôpital où elle travaille.

Aller au travail, c'est la vie sociale, c'est la soupape. On retrouve des gens, on peut au moins discuter.  A la maison, c'est plus dur, surtout pour moi qui aime la vie sociale, avoir du monde à la maison, je ne le vis pas très bien, mais je le gère. Je me suis refait une belle collection de vinyls, j'ai ressorti mes sacs de tricot. Sauf que je n'ai pas de laine, et impossible de l'acheter... Et je fais plein de gâteaux, que j'apporte au boulot pour ne pas avoir à les manger... "



A lire aussi > Coronavirus : les amateurs de grand air s'organisent en période de confinement

Par son travail, Patricia est en prise directe avec l'épidémie.

" Notre problème, c'est que de nombreuses personnes sont arrivées pour être confinées dans leurs résidences secondaires. Mes chefs de service sont inquiets, car nous serons probablement confrontés à des malades supplémentaires du Covid-19 et l'hôpital n'est pas dimensionné pour ça. "
 
Patricia Quédinet confinée ©SPM la 1ère
Les Outre-mer en continu
Accéder au live