Début de saison pour le concombre de mer à Saint-Pierre et Miquelon

pêche saint-pierre (spm)
concombres de mer
1700 tonnes de concombres de mer seront traités pour cette saison ©SPM la 1ère
1700 tonnes de concombres de mer seront pêchées puis traitées à Saint-Pierre cette saison. Malgré une situation économique moins favorable à l'étranger, l'usine Pêcheurs du Nord est parvenue à embaucher une vingtaine de salariés.

La saison des concombres de mer est lancée. Pour cette première sortie, pas moins de 40 tonnes ont été livrées par les différents armateurs locaux et seront traitées par l'usine Pêcheurs du Nord. 

Cette année le quota pour cette espèce est fixé à 1700 tonnes. À bord de l'Emeline, Yohan Abraham a lui ramené les premières vingtaines de tonnes. Le patron pêcheur attendait la reprise avec impatience, surtout après un retard de 15 jours de l'ouverture de l'usine. 

À lire aussi : Concombres de mer : l'Ifremer satisfait de sa mission d'exploration

 

1700 tonnes de concombres de mer pour la saison 

Cette ouverture était compromise, crise sanitaire oblige. Les responsables de Pêcheurs du Nord sont tout de même parvenus à trouver des accords avec des acheteurs, majoritairement asiatiques. 

Le marché est très tendu parce qu'il y a beaucoup de stocks qui se sont fait pendant le confinement faute de consommation.

Rudy Palatci, responsable de site Pêcheurs du Nord

À lire aussi : A Saint-Pierre et Miquelon, le concombre de mer sous la loupe de l'Ifremer 

Par conséquence, le prix de vente de l'holoturie a baissé de 20 à 30%. Malgré la situation économique tendue, l'usine doit tourner et parvient à s'en sortir. Une vingtaine de personnes a été embauchée pour transformer le produit pêché qui sera ensuite congelé puis envoyé à l'étranger. 

 

Une nouvelle activité pour l'usine de Miquelon 

Dès l'installation d'une pièce manquante sur une unité de cuisson, le concombre de mer devrait être traité par les salariés de Miquelon. Rudy Palatci espère que cette activité annexe prenne forme d'ici la fin de l'été. 

Le reportage de Frédéric Dotte et Jérôme Anger :