Érosion, campagne de vaccination, consultations médicales : l’actualité de la semaine passée à Saint-Pierre et Miquelon

pompiers saint-pierre (spm)
hebdo
©SPM 1ère

De nombreux sujets ont fait la une pour la semaine du 22 au 28 février à Saint-Pierre et Miquelon. La route reliant Miquelon à Langlade s'est effondrée, la campagne de vaccination contre le coronavirus se précise et la crise sanitaire met en péril l’offre de soin.

Dans les événements qui ont marqué l’actualité de la semaine écoulée à Saint-Pierre et Miquelon, il faut retenir notamment les avancées sur le déroulement de la campagne de vaccination contre le coronavirus, l’érosion qui impacte durement l’isthme de Miquelon-Langlade et les conséquences de la pandémie sur l’offre de soins dans l’archipel 

Nous vous proposons de redécouvrir ces événements à travers l’Hebdo de la rédaction signé cette semaine par Claire Arrossaména
 

L’isthme de Miquelon-Langlade une nouvelle fois victime de l’érosion

Dans la nuit du mercredi 24 février, la route qui relie Miquelon et Langlade s’est effondrée, a 300 mètres du point kilométrique 16. Des travaux d’urgences ont été effectués pour consolider la route. Samedi 27 février, les dégradations s’étendaient sur 500 mètres. Six des sept trous formés étaient colmatés samedi soir. Cependant la route demeure fermée pour une durée indéterminée entre les points kilométriques 16 et 18. La mairie de Miquelon-Langlade a pris un arrêté pour autoriser la circulation des véhicules par le lieu-dit Sauveur.

À lire aussi : Isthme de Miquelon-Langlade : les travaux d'urgence sont terminés mais la route n’est pas encore sécurisée
  

La campagne de vaccination approche

La campagne de vaccination contre le coronavirus doit commencer à la fin du mois de mars à Saint-Pierre et Miquelon. Pour les volontaires, les rendez-vous se prendront par téléphone ou par Doctolib. 10 800 seringues ont été livrées à l’hôpital de Saint-Pierre afin de mener à bien cette campagne. La pharmacie du centre hospitalier François-Dunan sera en charge de l'approvisionnement du personnel hospitalier, de l'EPHAD, mais également des unités mobiles.

À lire aussi : Comment se déroulera la campagne de vaccination à Saint-Pierre et Miquelon ?
  

Comment organiser les consultations avec les spécialistes en temps de coronavirus ?

Avec la crise sanitaire, il est difficile de faire venir des spécialistes dans l’archipel. La septaine stricte en décourage beaucoup. L’hôpital explique qu’environ 2 300 demandes de consultations n’ont pas encore été satisfaites. En 2020, près d’une vingtaine de missions de médecins ont dû être annulées. La conséquence majeure de ce manque de spécialistes est la perte de chance humaine. En effet, des pathologies qui auraient pu être détectées tôt peuvent ne pas l’être, faute de médecin à consulter. Le danger sanitaire majeur pour l’archipel n’est donc pas le Covid-19, mais cette perte de chance humaine.

À lire aussi :  L'offre de soins en péril à Saint-Pierre et Miquelon en raison de la pandémie
  

Une cérémonie à la caserne des pompiers de Saint-Pierre

Mardi soir, Philippe Arantzabé  a reçu l'insigne de chef centre or pour ses dix ans passés à la tête du commandement du centre de secours de Saint-Pierre. Yannick Cambray a décoré le pompier, en présence du préfet de l’archipel Christian Pouget. Le maire de Saint-Pierre en a profité pour annoncer l’arrivée de nouveaux équipements pour les pompiers.

À lire aussi : Philippe Arantzabé décoré pour ses dix ans à la tête du commandement des pompiers de Saint-Pierre

Yannick Cambray détaille ces nouveautés : 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live