Isthme de Miquelon-Langlade : les travaux d'urgence sont terminés mais la route n’est pas encore sécurisée

catastrophes naturelles miquelon-langlade
isthme
Les entreprises présentes sur l'isthme ont terminé leurs travaux de consolidation. ©Pascal Allen-Mahé

La route reliant Miquelon et Langlade a cédé mercredi 24 février sous les assauts de la mer, à 300 mètres du point kilométrique 16. La cellule de crise technique s’est de nouveau réunie ce 27 février à la préfecture, la situation de l’isthme reste incertaine.

La route entre Miquelon et Langlade restera fermée encore plusieurs jours. Les entreprises présentes sur le site ont terminé leurs travaux d’enrochement d’urgence entre le Pk16 et le PK17 ce samedi 27 février. La Dtam s’est également rendue sur place pour mener deux investigations. Selon leurs constats, sept nouveaux effondrements ont été détectés et celui constaté le 24 février s’est agrandi.

 

Selon les entrepreneurs présents sur place, d’autres dégradations sont présentes au Nord et au Sud du fossé. La zone fragilisée s’étend désormais sur une bande de 500 mètres.  
  

Des inquiétudes liées à la météo des prochains jours

Pascal Allen-Mahé, chef de l’entreprise travaillant sur l’isthme a expliqué que « tous les trous sont remblayés et sécurisés », mais il insiste sur le fait que ces travaux sont uniquement "provisoires". L’entreprise a profité du répit de la météo pour effectuer ces travaux. Six trous sur les sept sont colmatés.

A lire aussi : Effondrement de la route Miquelon-Langlade : les travaux d'enrochement se poursuivent

L’État affirme également que l’ensemble des blocs de roche de 3 à 6 tonnes placés pour comblement le 26 février sont repartis à la mer, de même que les géotextiles et blocs initiaux placés en 2009 et 2013.  

Il est également inquiet quant à la météo des jours à venir, notamment de mercredi 3 mars en raison des grandes marées. Pascal Allen-Mahé a également alerté sur le banc de sable qui s’est créé au large du fossé sous la force de la houle. Il s’agit du sable qui retenait l’isthme, mais qui sous les effets de la mer s’est dérobé pour se reformer plus loin, provoquant ainsi une augmentation de la puissance de la houle.

Même à marée basse ça vient lécher les cailloux alors à marée haute c’est une catastrophe. 

Pascal Allen-Mahé

 

De forts vents sont également attendus demain dimanche 28 février et en début de semaine. La surveillance de la zone sera maintenue "dans la mesure du possible". Une nouvelle réunion de la cellule de crise est prévue dimanche 28 février à 17h.
  

La route demeure fermée

Dans un communiqué, la Collectivité territoriale a demandé à l’État de mettre en place une voie de contournement par le lieu-dit de Sauveur, afin de maintenir la circulation entre Miquelon et Langlade.

A lire aussi : Effondrement de la route Miquelon-Langlade : la classe politique de Saint-Pierre et Miquelon étale ses désaccords

La mairie de Miquelon-Langlade a pris un arrêté pour autoriser la circulation des véhicules sur cette zone. La Collectivité a également précisé que la route de Miquelon-Langlade demeurait impraticable, et qu’elle resterait fermée entre le PK 16 et le PK 18.