Érosion de l'isthme : deux manifestations citoyennes à Saint-Pierre et Miquelon

environnement
érosion

Un demi millier de personnes se sont rassemblées hier à Miquelon et Saint-Pierre pour réclamer des mesures de sauvegarde de l'isthme de Miquelon-Langlade.Christian Pouget et Bernard Briand étaient alors réunis pour traiter du sujet, ils ont apporté des éléments de réponse aux manifestants.

À Miquelon, ils étaient 120 place des Ardilliers pour demander des moyens et une action rapide pour sauver l'isthme qui relie MIquelon à Langlade. À Saint-Pierre, ce sont pas moins de 400 personnes qui se sont réunies en fin de journée au square Joffre. Le président de la collectivité territoriale est allé à leurs rencontre pour leurs annoncer qu'il avait obtenu "une pseudo-autorisation pour effectuer des travaux d'urgence sur la route reliant Miquelon à Langlade".

À lire aussi : Un collectif de citoyens de Saint-Pierre et Miquelon créé pour défendre les intérêts de l’isthme

Plus tard, certains membres du collectif pour la protection de l'isthme de Miquelon-Langlade se sont rendus à une réunion organisée par la collectivité territoriale. Celle-ci réunissait également le préfet et les services de la DTAM. À la fin de la réunion, des citoyens ont pénétré dans la salle de réunion de l'Hôtel du territoire pour écouter les délibérés. 

À lire aussi : Érosion de l’isthme : le président de la Collectivité demande une reprise des travaux

"Est-ce que l'État va mettre la main à la poche ?", c'est dans ces termes qu'un des manifestants a interpellé le préfet de l'archipel. La question du financement des travaux d'urgence et de consolidation à venir est centrale. Christian Pouget a rappelé que les études en cours sur l'érosion de l'isthme étaient subventionnées par l'État.

Le reportage d'Adrien Develay  :