Erosion de l'isthme, fermeture du Canada, marketing touristique... Le président de la Collectivité de Saint-Pierre et Miquelon fait le point sur les dossiers de l'été

politique saint-pierre (spm)
esperluette
Isthme de Miquelon-Langlade, stratégie marketing pour développer le tourisme et rotations entre Saint-Pierre et Miquelon et Fortune... Le président du Conseil territorial est revenu sur les grands dossiers de la collectivité à l'occasion de son passage au journal télévisé.

A l'occasion de l'attribution du marché pour la restauration de la route de l'isthme qui relie Miquelon à Langlade, le président du Conseil territorial Bernard Briand était l'invité de la rédaction mercredi soir. 

Publié en mai dernier, cet appel d'offres a donc débouché sur un marché de 2,6 millions d'euros. Seize semaines de travaux sont d'ores-et-déjà prévues pour renforcer, consolider et rendre de nouveau accessible à la circulation la route de l'isthme de Miquelon-Langlade, érodé lors des tempêtes de l'hiver. "Les travaux seront sensiblement identiques à ceux réalisés au point kilométrique 18, en 2009", a expliqué Bernard Briand.

A lire également : Érosion de l’isthme : la collectivité territoriale de Saint-Pierre et Miquelon va débloquer des fonds

"Entre-temps, l'Etat devra faire les aménagements nécessaires sur le chemin dit de Sauveur", précise Bernard Briand, pour maintenir la circulation, même réduite, entre Miquelon et Langlade pendant l'été. 

 

Bernard Briand regrette la non participation de l'Etat

 

"J'ai vite compris que nous n'aurions pas de financements provenant de l'Etat"

Bernard Briand, président du Conseil territorial de Saint-Pierre et Miquelon

 

La Collectivité devra donc investir sur ses fonds propres. "J'avais le souhait depuis le début que la Ministre de la mer, en déplacement dans l'archipel, vienne constater elle-même les dégâts. Cela n'a pas été le cas", regrette Bernard Briand. Pourtant, Annick Girardin s'était rendue au PK16, début mars 2021 lors d'une visite officielle. Depuis, d'autres éboulements ont créé de nouveaux trous dans la route de l'isthme. 

 

D'autres projets bénéficieront de financements

 

Le montant du chantier, initialement estimé à 3,5 millions d'euros, a été revu à la baisse et atteint les 2,6 millions d'euros. La différence (900 000 euros) sera réinjectée dans d'autres projets portés par la Collectivité, a annoncé Bernard Briand.


Parmi ces projets : la rénovation des façades de l'Hôtel du territoire, la Maison des loisirs à Miquelon (à hauteur d'environ 400 000 euros), ainsi que des travaux de bituminage (avec une dépense de 200 000 euros, contre 800 000 euros initialement prévus dans le budget). 

 

La Collectivité prépare le retour des touristes

 

Mis à mal par la crise sanitaire, le tourisme a également été évoqué. La Collectivité maintient et concrétise visuellement sa stratégie marketing décidée en 2016, réunie sous la marque "Saint-Pierre et Miquelon, des îles d'exception". 

Après l'inauguration mardi de la scupture L'esperluette à Saint-Pierre, la création jumelle sera baptisée ce jeudi à Miquelon. "C'est un élément de communication que nous devions matérialiser", explique le président. 

"L'objectif, c'est que les touristes, mais aussi la population se fassent photographier devant l'esperluette"

Bernard Briand, président du Conseil territorial de Saint-Pierre et Miquelon

 

La communication est prête, ne manquent que les touristes. Quant au retour prochain des Américains et Canadiens dans l'archipel, Bernard Briand se veut réaliste. Tout dépendra de la situation sanitaire et des décisions politiques. "Nous avons ce jeudi une visioconférence avec les autorités de Terre-Neuve et Labrador, avec un objectif : savoir ce qu'il peut être mis en place pour que les Saint-pierrais et les Miquelonnais puissent aller sur Fortune", a indiqué le président du Conseil territorial. 

Le port canadien, fermé aux accostages internationaux depuis le début de la pandémie, n'attend plus que les ferries de la Collectivité. "Les bateaux sont prêts, a affirmé Bernard Briand, nous avons besoin d'ouverture, dans les meilleurs conditions". 

 

La CT ne financera pas l'arrêt du brûlage des déchets

 

Concernant la signature,entre la mairie de St-Pierre et l'Etat, du protocole de financement pour l'arrêt du brulage des déchets à ciel ouvert, fin juin, lors de la visite officielle de la ministre de la mer sur le territoire, la Collectivité, selon son président, n'a pas été sollicitée.

"Quand je ne suis pas invité, je ne m'impose pas."

Bernard Briand, président du Conseil territorial de Saint-Pierre et Miquelon

 

Bernard Briand rappelle que la collectivité disposait de compétences en terme de réalisation d'un plan d'élimination des déchets. "Je n'ai pas été invité à cette signature, il s'agit uniquement de fonds d'Etat", a précisé le président.