L'application du pass sanitaire à Saint-Pierre et Miquelon soulève des désaccords

coronavirus
qrcode
L'application du pass sanitaire, voire du pass vaccinal à Saint-Pierre et Miquelon, c'est l'annonce faite par le préfet de l'archipel Christian Pouget. La mesure suscite des réactions et notamment celle du sénateur de l'archipel Stéphane Artano ainsi que du député Stéphane Claireaux.

Le pass sanitaire et le pass vaccinal, qui lui est en cours d'examen à l'assemblée, ne font pas l'unanimité dans l'archipel.  

Pour mémoire lors de son intervention dans le journal télévisé ce dimanche 2 janvier, le préfet de saint-Pierre et Miquelon annonçait la mise en application dans l'archipel, et ce dès que possible, du pass sanitaire. Il permettra aux résidents d'accéder au centre hospitalier François Dunan, à la maison de retraite, dans les salles de sport et de spectacles, dans les bars ou encore dans les restaurants. 

À lire aussi : Covid-19 : l'explosion de cas positifs et de cas contacts impose de nouvelles mesures à Saint-Pierre et Miquelon

Une annonce qui intervient suite à l'explosion de cas positifs à la Covid-19 et de cas contacts recensés en fin d'année 2021.

Dans son communiqué sur la situation sanitaire dans l'archipel, Stéphane Artano précise que "le pass est une atteinte à nos libertés et que ce n'est pas une solution permettant d'éviter la circulation du virus".

Le sénateur indique que "c'est une erreur d'appliquer à l'archipel le pass sanitaire et le pass vaccinal". 

Le gouvernement a accepté des adaptations dans les territoires ultramarins lors des débats à l'Assemblée nationale. Je demande à ce que le préfet fasse application de cette possibilité d'adaptation pour retarder son entrée en vigueur localement.

Stéphane Artano, sénateur de Saint-Pierre et Miquelon

 

 

De son côté, le président du conseil territorial, Bernard Briand, a également fait savoir dans un communiqué ce lundi 3 janvier qu'il "s'opposait à l’application imminente du pass sanitaire".

Lors d'une réunion, je m'étais exprimé sur le sujet [...] Je crains que le sujet va diviser la population à savoir les vaccinés et les non vaccinés.

Bernard Briand, président du conseil territorial de Saint-Pierre et Miquelon

 

 

On écoute les réactions de Bernard Briand et de Stéphane Artano sur la question du pass sanitaire au micro de Karim Augustin Baïla.

©saintpierreetmiquelon

 

Autre réaction celle de Stéphane Claireaux cette fois. Pour le député de Saint-Pierre et Miquelon "avec la mise en place du pass vaccinal on autorise les personnes vaccinées à être dans la même pièce ou à faire la même activité, ce qui ne les empêcheront pas de pouvoir se contaminer mais la seule chose dont on est certain c'est qu'ils ne développeront pas de formes graves". 

À lire aussi : Covid-19 : un test de dépistage de moins de 24 heures pose problème pour voyager vers Saint-Pierre et Miquelon

De son côté le maire de la commune de Miquelon-Langlade Franck Detcheverry ne semble pas défavorable au pass sanitaire : " le pass sanitaire, pour être allé en Métropole, on me le demandait un peu partout dans tous les lieux publics, ça se passe très très bien. Le souci c'est pour les gens non vaccinés. J'espère que ça les incitera à le faire".

Comme le précise le maire de Miquelon-Langlade " la vaccination est aussi la clé pour éviter les formes graves". Franck Detcheverry qui "refuse que les personnes vaccinées soient pénalisées avec le retour de la septaine pour les voyageurs par exemple".

©saintpierreetmiquelon

 

De son côté, le Médef SPM s'est aussi exprimé sur le pass sanitaire dans un message adressé au préfet de l'archipel, aux élus et à la Cacima. C'était le 23 décembre dernier. Le mouvement des entreprises de France au niveau local "s'inscrit contre l'instauration du passe sanitaire obligatoire au sein des entreprises" et "appelle les élus à défendre une position claire et assumée auprès du Gouvernement au sujet de l’obligation vaccinale en France et donc sur Saint--Pierre et Miquelon". Courrier disponible sur la page Facebook du Médef SPM.

Bulletin sanitaire au 3 janvier 2022

 

Et puis selon le tout dernier communiqué de la préfecture, le nombre de cas actifs et de contacts est de nouveau en augmentation. 

8 nouveaux cas positifs ont été recensés ce lundi 3 janvier 2022 engendrant 80 nouveaux cas contacts.