L'approvisionnement en carburant des ferries de la collectivité à Terre-Neuve crée la polémique

consommation saint-pierre (spm)
L'approvisionnement en carburant des ferries de la collectivité de Saint-Pierre et Miquelon sur Terre-Neuve crée la polémique
©SPM LA 1ERE

L'achat de carburant par la collectivité territoriale au Canada plutôt qu'à Saint-Pierre et Miquelon soulève des questions pour les deux traversiers. Parmi elles, la qualité du fioul. 

 

La question du fioul consommé par le Suroît et le Nordet a été soulevée par l'opposition lors de la séance officielle du conseil territorial. C'était le 19 janvier 2021.

L'opposition demandait alors "pourquoi l'approvisionnement en fioul des deux traversiers se fait principalement à Terre-Neuve." 

À lire aussi Collectivité territoriale : un plan à 52 millions d'euros pour le développement de Saint-Pierre et Miquelon

"Pour une question de qualité du produit principalement"  répond la collectivité.

Il faut qu'on réfléchissent localement à trouver une solution pour pouvoir au moins être indépendant au niveau des carburants"

Tatiana Vigneau-Urtizbéréa, conseillère territoriale de l'opposition Cap sur l'Avenir

 

Le commandant d'un des deux ferries explique pourquoi il est important que le fioul soit de qualité.

"La réglementation nous impose un fioul avec un taux de souffre imposé donc on ne peut pas mettre n'importe quoi."

Karl Beaupertuis, commandant

 

Selon le mécanicien " il y aurait un vrai souci avec le fioul local " qui selon lui " encrasse les moteurs ". 

"L'année dernière on s'est fourni que sur Fortune. On n'a jamais eu un seul problème et cette année avec la crise du Covid on a dû se fournir plusieurs fois sur l'archipel et c'est la que les problèmes sont arrivés."

Yvan Perrin, chef mécanicien

 

De son côté, l'unique fournisseur local, dont l'avis diffère, a procédé au prélèvement d'un échantillon dans ses cuves.

"C'est du gazoil marin, exactement le même que celui de Terre-Neuve. C'est le même fournisseur et la même qualité de carburant. On aurait aimé savoir sur quels paramètres ils se basent."

Louis Hardy, responsable technique de la société Hardy

 

Karim Baïla et Claudio Arthur se sont rendus à bord du Suroît de retour de Terre-Neuve. Ils ont également rencontré le fournisseur local pour mieux comprendre la situation.

 

Argument technique ou financier ? La question du manque à gagner pour l'économie locale se pose car derrière la vente de carburant aux navires de l'archipel se cache des taxes qui peuvent bénéficier au territoire.

Les explications de Mathias Raynaud.