Collectivité territoriale : un plan à 52 millions d'euros pour le développement de Saint-Pierre et Miquelon

politique saint-pierre (spm)
saint-pierre port drone
©SPM la 1ère

La séance du conseil territorial ce mardi a principalement été consacré à l'adoption par les élus du schéma de développement stratégique (SDS), dont dépendent les grands investissements locaux de développement jusqu'en 2025. D'autres sujets d'actualité ont aussi été abordés. 

Etre indépendant vis-à-vis de l'Etat en matière de développement et d'investissements. Tel est l'objectif principal de la Collectivité territoriale en votant ce mardi l'adoption du SDS. Le projet a été adopté par la majorité. L'opposition, elle, s'est abstenue. Celui-ci doit permettre à l'archipel de se projeter sur les cinq prochaines années, tout en obtenant le soutien financier de l'Union européenne. 

 Trois objectifs et huit axes prioritaires

 

Le schéma de développement stratégique est ainsi fondé sur deux thématiques principales : celle du modèle économique local, et celle de la démographie. Elles seront déclinées en trois objectifs prioritaires : dynamiser l'économie et le secteur privé, regénérer le bien-vivre ensemble et ouvrir le territoire vers l'extérieur.

À lire aussi : Une météo favorable pour les travaux publics à Saint-Pierre et Miquelon


Huit axes prioritaires seront ensuite déclinés, articulés en 18 fiches actions pour des enjeux transversaux comme la jeunesse et le developpement durable, sans oublier le tourisme durable.

SDS
Infogram

En tout, ce sont 52 millions d'euros qui sont espérés, dont la moitié pourrait être financée par l'Union européenn via le fond européen de développement (FED), rebaptisé instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale (IVCDCI). 

Invité du journal télévisé mardi soir, le président de la collectivité territoriale Bernard Briand a précisé que le schéma de développement stratégique sera publié au journal officiel (et donc consultable par l'ensemble des citoyens) en fin de semaine, une fois que la préfecture rendra d'acte exécutoire.  

L'entretien complet de Bernard Briand au journal télévisé, interrogé par Claudio Arthur :

 

 Echanges sur le droit de préemption et le fioul des ferries 

 

La séance du conseil territorial a aussi porté sur certaines questions d'actualités, portées par les membres de l'opposition Cap sur l'avenir. Dès les premiers échanges, Mathhew Reardon revient sur le droit de préemption de la Collectivité territoriale. Remettant symboliquement au président Bernard Briand un projet de délibération revenant sur ce point polémique du schéma territorial d'aménagement et d'urbanisme (STAU), le conseiller d'opposition défend l'anticonstitutionalité de ce principe. "Je pense que vous essayez de diaboliser les choses", a alors répondu Bernard Briand, appuyé par le sénateur et conseiller de la majorité Stéphane Artano en visio-conférence. 

À lire aussi : Droit de préemption : quelle application à Saint-Pierre et Miquelon ?

Lors de la séance, l'opposition s'est également étonnée de voir les ferries partir à Fortune pour s'approvisionner en fioul, moins cher au Canada que dans les citernes de l'archipel. Après avoir expliqué que ce choix était essentiellement due à une meilleure qualité du carburant à Terre-Neuve, le président de la collectivité s'est dit prêt à se rapprocher du fournisseur local pour tenter de remédier à cette situation. 

Le résumé complet de la séance par Mathias Raynaud :