L'endométriose reconnue comme affection de longue durée

maladie
Endométriose
La maladie touche une femme sur dix en France, et est encore méconnue et mal traitée. L'assemblée nationale vient d'ajouter la pathologie à la liste des affections de longue durée. Cette semaine, Emmanuel Macron a annoncé une stratégie nationale pour mieux prendre en charge la maladie.

C'est une pathologie qui, jusqu'il y a peu, n'était pas vraiment prise au sérieuse. 
L'endométriose est une maladie liée au développement d'endomètre (tissu de la paroi de l'utérus qui peut accueillir un embryon) ailleurs que dans l’utérus. Elle provoque généralement des douleurs pendant la période des règles, parfois invalidantes. Dans les pires cas, l'endométriose peut provoquer l'infertilité. 

"La détection est compliquée parce que pendant longtemps et encore maintenant, il y a dans l'imaginaire de beaucoup de personnes qu'il est normal d'avoir des règles douloureuses."

Docteur Florette van de Steeg, médecin généraliste au centre de santé de Saint-Pierre

 

L'endométriose est très souvent détectée très tard. En moyenne, il y a 7 ans entre le début de la maladie et son diagnostic. Une fois identifiée, un traitement pluridisciplinaire est prescrit à base de traitement, mais aussi parfois des opérations et des consultations régulières. 

A lire également : L'endométriose, une maladie méconnue qui sévit aussi à Saint-Pierre et Miquelon

Vers une prise en charge de l'endométriose par l'assurance maladie

 

Jeudi 13 janvier, un grand pas a été réalisé par l'Assemblée nationale. A l'unanimité, les députés ont voté une résolution pour l'inscription de l'endométriose sur la liste des ALD, les affections de longue durée (comme le diabète, le VIH ou la myopathie). Ce vote permettra la prise en charge à 100% de la pathologie par l'assurance maladie, dans les conditions qui restent à définir. 

En début de semaine, Emmanuel Macron annonçait également le lancement d'une stratégie nationale pour mieux diagnostiquer la maladie en amont et mieux gérer sa prise en charge. 

 

Revoir le reportage d'Adrien Develay et Séverine Luberry : 

©saintpierreetmiquelon