L'hypothèse d'intégrer Saint-Pierre et Miquelon à la bulle Atlantique continue de faire débat

politique
L'approvisionnement en carburant des ferries de la collectivité de Saint-Pierre et Miquelon sur Terre-Neuve crée la polémique
©SPM LA 1ERE

Au lendemain de la création d'un collectif de citoyens qui souhaite voir Saint-Pierre et Miquelon intègrer la bulle Atlantique, les réactions se multiplient localement mais aussi du coté de Terre-Neuve où les médias s'y interressent et le secteur du tourisme s'inquiète.

À Terre-Neuve, l'évocation d'une possible ouverture de la bulle Atlantique à l'archipel fait réagir. Les médias locaux s'y intéressent et le secteur touristique milite dans ce sens.

À lire aussi : Saint-Pierre et Miquelon dans la bulle Atlantique : le préfet indique "qu'il n'est pas compétent pour négocier"

À l'image de Chris Sheppard, directeur général de Legendary Coast Newfoundland. Il estime que la petitesse de l'archipel et son taux de vaccination sont des atouts pour intégrer la bulle. D'autant que le territoire apporte des devises à l'économie de sa province.

Il est interrogé par Mathias Raynaud. 

 

Le préfet de Saint-Pierre et Miquelon s'est également exprimé sur ce sujet. Après avoir adressé un courrier au président de la collectivité, il a rappelé qu'il n'était pas en mesure de négocier directement avec les autorités canadiennes. Pour Christian Pouget, l'évolution de la situation ne dépend pas de lui.

Il est interrogé par Samuel Monod. 

 

Une opinion partagée par le député de Saint-Pierre et Miquelon Stéphane Claireaux. L'élu a affirmé être en contact avec les différents ambassadeurs.

 

Pour nos voisins canadiens, l'ouverture de cette bulle Atlantique est prévue pour le 19 avril prochain. Pourtant, certaines provinces n'excluent pas de retarder leur entrée face à la situation sanitaire actuelle, notamment au Nouveau-Brunswick qui enregistre une hausse des cas de Covid-19 avec 14 cas supplémentaires enregistrés ce mercredi 7 avril.

Le reportage d'Adrien Blanc de Radio Canada.