La campagne de vaccination contre la Covid-19 à Saint-Pierre et Miquelon se précise

coronavirus saint-pierre (spm)
vaccin covid
Image d'illustration

La campagne de vaccination contre le coronavirus doit débuter avant la fin du mois de mars à Saint-Pierre et Miquelon. C’est le vaccin Moderna qui doit être administré. Cynethia Moutou, la directrice par intérim de l’ATS précise les enjeux de cette campagne.

 

 

Pour la campagne de vaccination contre le Covid-19, l’archipel doit recevoir 10 000 doses du vaccin Moderna, afin que toute la population majeure puisse avoir la possibilité de se faire vacciner. "On finalise les dernières démarches pour que tout soit opérationnel quand on reçoit les vaccins", précise Cynetia Moutou, directrice par intérim de l'ATS.

Retrouvez l'interview de Cynetia Moutou par Samuel Monod : 

Cynetia Moutou était l'invitée de la rédaction du jeudi 11 mars 2021


  

Quelles étapes pour la vaccination ?

"L’idée, c’est de vacciner les plus fragiles et les professionnels de santé dans un premier temps", explique Cynetia Moutou. Elle ajoute que cette première phase devrait durer entre 4 et 5 jours. "Une fois que cette phase est terminée, on bascule sur la population générale." Deux centres de vaccination vont être ouverts pour l’occasion : un à la salle des fêtes de Miquelon et un autre à celle de Saint-Pierre.

Chaque personne volontaire se verra remettre un questionnaire pré-vaccinal et devra subir une visite médicale avant de recevoir la première dose du vaccin. Une fois l’acte vaccinal réalisé, un délai d’observation de 15 minutes devra être observé pour s’assurer que le patient ne fait pas de réaction. La seconde injection interviendra 28 jours après la première.

À lire aussi : Comment se déroulera la campagne de vaccination contre le coronavirus à Saint-Pierre et Miquelon ?

L’ATS estime que cette campagne de vaccination devrait s’étaler sur environ 7 semaines, en prenant compte "la primo-injection, l’attente des 28 jours et la seconde injection." Cependant, comme il n’y a pas encore de date officielle de début de campagne vaccinale puisque la date d’arrivée des vaccins sur l’archipel n’est pas encore arrêtée, Cynetia Moutou précise qu’elle ne peut pas "garantir qu’à fin juin tout sera bouclé."
  

Peut-on faire confiance à ce vaccin ?  

De nombreuses personnes dans l’archipel envisagent tout de même de ne pas se faire vacciner notamment par scepticisme sur la qualité du vaccin, arguant de trop grande rapidité de son élaboration. Cynethia Moutou précise que « la recherche et le développement a été poussée dans tous les pays » pour trouver un vaccin contre le coronavirus. "Il faut savoir que l’identité génétique de ce virus était déjà à peu près connue", ajoute-t-elle. Comme d’autres coronavirus avaient déjà été détectés par le passé, "on ne partait pas de rien." Cela a permis "d’accélérer les démarches de conception du vaccin."

En ce qui concerne le Moderna, on était sur une molécule qui a été très vite identifiée, dès le début de la circulation du virus, une recherche et un développement qui ont été accélérés et un phasage de test qui a été superposé.

Cynetia Moutou

 

En ce qui concerne ce phasage, la directrice par intérim de l’ATS précise que "cela ne veut pas dire que les essais ont été négligés, ça veut simplement dire que ça a été accéléré."