Le tarif d'exploitation du câble numérique revu à la baisse par la collectivité de St-Pierre et Miquelon

politique
câble
©Wallis et Futuna
Le coût du câble numérique sera divisé par quatre. C'est l'annonce faite par la collectivité territoriale de Saint-Pierre et Miquelon, propriétaire de ce câble. La délibération a été votée ce mardi 28 septembre en séance officielle.

Une quinzaine de points était inscrit à l'ordre du jour de la séance officielle de la collectivité territoriale. Les conseillers territoriaux se sont penchés sur plusieurs délibérations. Parmi les dossiers, des éléments inhérents à la gestion interne de l'assemblée mais aussi le montant des prises en charge du portage de repas pour les personnes âgées ou en situation de handicap et qui sera soumis aux conditions de ressources ou encore les tarifs de la clinique vétérinaire.

Nouveau tarif pour l'exploitation du câble numérique

 

Autre thème abordé en séance officielle celui du câble numérique dont les coûts sur la bande passante sont divisés par quatre pour les opérateurs. Un câble à ce jour sous-exploité. Dans le journal télévisé de ce mardi 28 septembre, le président du conseil territorial souhaite "que ce service soit élargi au plus grand nombre, c'est pourquoi en concertation avec les opérateurs la grille tarifaire a été divisée par quatre".

Quand on veut une stratégie de développement sur un territoire il faut forcément que les deux opérateurs se saisissent du dossier, donc les élus du conseil territorial m 'ont donné mandat pour entamer une négociation. C'est désormais chose faite. On devrait signer d'ici deux à trois semaines un mémorandum.

Bernard Briand, président de la collectivité territoriale

 

Cette entente sera comme l'explique le président du conseil territorial "une première étape et ensuite il s'agira de réactiver le schéma de développement d'aménagement du numérique."

Un territoire pour se développer et innover doit s'inscrire dans l'ère du numérique.

Bernard Briand, président de la collectivité territoriale

 

Dans le journal télévisé présenté par Linda Saci, Bernard Briand est aussi revenu sur la collision du 13 septembre dernier. Une vidéo montrant l'un des ferries de la collectivité heurtant une plate positionnée sur son passage avec à son bord l'un des ouvriers du chantier du quai de croisière. Ces derniers se plaignaient des vagues occasionnées sur le site.

À lire aussi : Vidéo virale d'une collision dans le port de Saint-Pierre : que s'est-il réellement passé ?

Une affaire qui a été évoquée dans un interview de Matthew Reardon, conseiller territorial de l'opposition Cap sur l'avenir.  Selon les propos du conseiller territorial de l'opposition, le conseil territorial actuel " quelque soit les dossiers, moi ce que je constate sur le terrain c'est une majorité qui après 15 ans au pouvoir est essoufflée [...]  qui n'est plus capable de changer et de reconnaître quand il y a des erreurs alors tout va bien dans le meilleur des mondes que ce soit sur le câble, que ce soit sur les ferries, sur l'accident et sur le changement au niveau des ferries qui ne peuvent plus voyager le week end".

Des propos qui ont fait réagir le président de la collectivité territoriale.

Les infrastructures de la collectivité territoriale

 

  • La patinoire

La date de réouverture de la patinoire était très attendue de la population mais aussi et surtout par les associations utilisatrices des lieux. L'annonce a été faite lors de cette séance. Elle est fixée au 13 octobre mais pas pour tout le monde et selon certaines conditions. Des défauts de solidité et de corrosion ne permettent pas d'accueillir le grand public dans les gradins notamment.

Ce que l'on va faire, c'est une ouverture au public sur l'espace glace avec une demande d'autorisations pour l'accès aux vestiaires pour les associations, dans un mode un peu dégradé, mais pas pour l'accès aux gradins.

Bernard Briand, président du CT

 

À lire aussi : Les associations attendent une date officielle de réouverture de la patinoire de Saint-Pierre

Depuis 2015, les montants engagés pour les travaux seraient estimés à environ 7 millions d’euros. Ces travaux concernent le système de froid, l'électricité, le chauffage ou encore la façade et l'entrée. Fin 2016, Stéphane Artano alors président de la collectivité territoriale disait : "qu’une patinoire neuve aurait coûté deux fois plus". 

A la question posée par notre journaliste Linda Saci "avec le recul, aurait-on dû construire une nouvelle patinoire ?" 

Le double c'est 15 millions d'euros. Donnez moi 15 millions d'euros demain et je vous construis la patinoire.

Bernard Briand, président du CT

 

  • La piscine

La piscine, de son côté, a bel et bien ouvert ses portes au public ce vendredi 24 septembre. En cette période de restriction d'eau, le bassin a été rempli alors que se profilait un arrêté municipal. 

À lire aussi : Consommation d'eau : le préfet et les élus de Saint-Pierre et Miquelon appellent la population à réduire la consommation

Dans un communiqué  la collectivité annonçait qu'elle "mettait tout en œuvre pour adapter ses pratiques afin d’économiser près d’un quart de sa consommation d'eau annuelle sur la piscine et la patinoire". 

On est globalement sur une consommation approximative de l'ordre de 3000 mètres cubes donc sur une proportion de 0,4 pourcent de l'ensemble de la consommation totale de l'archipel.

Bernard Briand, président du CT

 

Quand aux mesures à prendre face à ces restrictions d'eau, le président de la collectivité territoriale a précisé, dans le journal télévisé toujours, que "en ce qui concerne la question du renouvellement de l'eau, des 30 litres d'eau par jour et par baigneur, on va essayer de la baisser tout en essayant de trouver quel produit utiliser en particulier pour faire en sorte que l'eau réponde aux aspects sanitaires imposés par les normes". 

L'isthme de Miquelon-Langlade toujours au coeur des discussions

 

Autre sujet abordé avec Bernard Briand, le sable destiné au chantier de la route de la commune de Miquelon-Langlade. Son maire, Franck Detcheverry a réagi ce mardi 28 septembre au sujet de la collecte de ce sable pris sur le site des travaux de réhabilitation, du sable en provenance des buttereaux et qui a été déposé, selon le maire, dans la carrière au nord du village.

Je suis allée voir sur place pour constater de quels agrégats il s'agissait et j'ai été choqué de voir ceci car quand on déplace du sable à plus de 16 kilomètres du lieu du chantier, je pense que ce sable n'est pas prévu retourner sur le site". 

Franck Detcheverry, maire de Miquelon-Langlade

 

Une situation "qui serait connue du maire de la commune selon le président du conseil territorial puisque Franck Detcheverry serait en possession des éléments d'informations".

La DTAM qui agit pour le compte de la Collectivité territoriale sur ce type d'opération avait réglé le sujet avant.

Bernard Briand, président du CT

 

Pour retrouver l'entretien dans son intégralité vous pouvez vous rendre sur le site de SPM La Première en cliquant sur le lien suivant  https://la1ere.francetvinfo.fr/saintpierremiquelon/emissions/le-journal-de-saint-pierre-et-miquelon