Les autorités de Saint-Pierre et Miquelon espèrent améliorer leurs procédures de sauvetage avec les secours canadiens

coopération régionale
Un hélicoptère des forces royales canadiennes
Un hélicoptère des forces royales canadiennes et le navire Fulmar en intervention en mer dans le cadre de l'accord franco-canadien près des côtes de Saint-Pierre et Miquelon ©SPM LA PREMIERE
Coordonner les équipes canadiennes et françaises lors d'une intervention de secours à terre, c'est l'objet de la convention qui sera signée entre le Canada et Saint-Pierre et Miquelon. Le sauvetage d'un chasseur blessé en fin de semaine à Pointe Plate à Langlade aura mobilisé les secours.

Étude du milieu marin, promotion du tourisme, préservation et valorisation du milieu naturel, liaisons maritimes et aériennes, échanges commerciaux, échanges dans le domaine sportif, culturel et éducatif et coopération policière et de secours à la personne, la coopération régionale avec les provinces atlantiques canadiennnes s'organise autour de ces huit thèmes. Elle fait suite à un accord franco-canadien formalisé en décembre 1994. 

À lire aussi : Un Saint-Pierrais secouru par les pompiers de Miquelon et héliporté après un accident de chasse à Langlade

Une entente qui aura permis le 5 février dernier d'évacuer un chasseur blessé à Pointe Plate, lieu situé au Sud-Ouest de Langlade. Lors de cette opération de sauvetage qui aura duré plus de 14 heures, les pompiers de Miquelon, les sauveteurs en mer, la préfecture, les Affmar, le patrouilleur Fulmar, et le centre hospitalier François Dunan ont été mobilisés pour porter assistance à l'homme âgé d'une cinquantaine d'année.

La météo et le lieu d'intervention avaient rendu l'opération complexe. C'est finalement un hélicoptère des forces royales de Terre-Neuve qui a réussi à décoller de Gander pour intervenir sur le lieu très difficile d'accès. 

L'accord de coopération prévoit des interventions mutuelles et des concours mutuels pour le sauvetage en mer. Cette fin de semaine, ce n'était pas le cas, nous étions en présence d'un secours à terre. Toutefois, on est sur le point de passer une convention entre les autorités civiles françaises, la sécurité civile et les autorités canadiennes pour pouvoir planifier ce genre d'intervention.

Serge Chiarovano, administrateur des affaires maritimes

 

Chaque année des exercices sont réalisés avec les équipes de secours canadiennes et françaises.

À lire aussi : Coopération régionale : des liens forts entre Saint-Pierre et Miquelon et le Canada malgré la crise sanitaire

En juin 2022, la garde côtière, l'aviation royale du Canada et les services de secours de Saint-Pierre et Miquelon, doivent travailler de concert dans le cadre d'une intervention de secours à la personne le long de la côte Est de la presqu'île de Langlade.

On a besoin de développer des synergies pour être beaucoup plus efficaces et beaucoup plus réactifs, c'est pour cela qu'on veut développer et mutualiser les entraînements majeurs tous ensemble.

Lieutenant de vaisseau Marc Duvoux, commandant du fulmar


Voyez le reportage d'Allison Audoux et de Claudio Arthur.

©saintpierreetmiquelon