La pollution dans le Grand Barachois préoccupe les chasseurs de Saint-Pierre et Miquelon

environnement miquelon-langlade
la pollution dans le Grand Barachois inquiètent les chasseurs
©SPM LA PREMIERE
Les chasseurs de Saint-Pierre et Miquelon alertent les pouvoir publics pour que des actions soient menées afin de préserver la biodiversité dans le grand Barachois. Ils souhaitent le déploiement de moyens pour rétablir l'équilibre naturel du site.

Si les chasseurs de Saint-Pierre et Miquelon se disent satisfaits de leur saison, ils émettent des inquiétudes pour le grand Barachois, un site privilégié pour leur activité.

Ces derniers s'attendaient à une faible quantité d'espèces chassées globalement. Aujourd'hui, ils alertent les autorités locales sur l'état de ce site dont l'équilibre naturel est bouleversé.

La fédération demande aux autorités d'intervenir

 

Dans un courrier adressé au préfet de Saint-Pierre et Miquelon, la fédération des chasseurs demande à ce que les pouvoirs publics s'emparent du dossier et souhaite le déploiement de moyens sur le site pour rétablir l'équilibre.

Vous avez des chasseurs qui disent qu'ils vont arrêter la chasse aux canards car le gibier pue. On ne peut pas fermer les yeux.

Daniel Koelsch, président de la fédération des chasseurs de Saint-Pierre et Miquelon

 

Selon le président de la fédération des chasseurs de Saint-Pierre et Miquelon "il faudrait dans un premlier temps favoriser une augmentation de la courantologie du grand Barachois".

Aujourd'hui, il y a chenal qui est bouché, le niveau d'eau qui diminue, les températures qui augmentent. On a une prolifération d'algues qui cause des odeurs pestinentielles pendant plusieurs mois dans l'année.

Daniel Koelsch, président de la fédération des chasseurs de Saint-Pierre et Miquelon

 

Le nombre de chasseurs en hausse en 2021

 

Si la chasse aux canards semble compromise à ce jour, pour les autres espèces la saison s'est plutôt bien déroulée. En 2021, 238 chevreuils ont été prélevés à Langlade, 117 à Miquelon et 5 dans le cap de Miquelon, là où les chasseurs doivent chasser exclusivement avec un arc.

À lire aussi : A Miquelon-Langlade, le Grand Barachois envahi par des algues

463 permis ont été délivrés, soit 8% de plus qu'en 2020. Un cheptel local qui sera à l'étud prochainement.

Elle va nous permettre de mieux connaître la population de cerfs de Virginie présent localement, de savoir son état de santé et ça va nous donner des pistes pour la future gestion du cerf

Daniel Koelsch, président de la fédération des chasseurs de Saint-Pierre et Miquelon

 

En ce qui concerne la chasse au lièvre artique, l'année a été peu abondante. Comme l'explique Daniel Koelsch "dans le courant du mois de juillet on pourra dire si la saison prochaine, on repartira à la hausse ou au contraire si on reste dans le creux".

Le reportage d'Adrien Develay et Aldric Lahiton.

©saintpierreetmiquelon