Sondage : faut-il coûte que coûte protéger l’isthme de Miquelon-Langlade de l’érosion ?

catastrophes naturelles miquelon-langlade
isthme

Victime de plusieurs épisodes récents d’érosion, l’isthme dunaire de Miquelon-Langlade est au cœur des préoccupations à Saint-Pierre et Miquelon. Le débat porte notamment sur les solutions à apporter, qui peuvent s’avérer très coûteuses.

L’érosion est au cœur de l’actualité de Saint-Pierre et Miquelon. Dans la nuit du 24 février, une partie de la route qui relie Miquelon à Langlade s’est effondrée à 300 mètres du point kilométrique 16, victime de la forte houle. Des agents du BTP mandatés par la Collectivité territoriale ont travaillé toute la fin de semaine pour colmater les trous et sécuriser l’isthme. Selon le constat des agents de l'Etat en charge de la surveillance, la zone fragilisée s’étend sur 500 mètres. Si les travaux d’urgence sont terminés, la route demeure fermée à la circulation entre le PK 16 et le PK 18 pour une durée indéterminée. Et aucune solution pérenne n'a émergé des premières discussions portant sur les travaux durables à effectuer en vue de la sauvegarde de la route. 
  

Å lire aussi : Isthme de Miquelon-Langlade : les travaux d'urgence sont terminés mais la route n’est pas encore sécurisée

La situation reste incertaine

La mairie de Miquelon-Langlade a pris un arrêté samedi pour autoriser les véhicules à circuler par le lieu-dit Sauveur, afin de conserver une liaison routière précaire entre Miquelon et Langlade. Les conditions météorologiques des prochains jours inquiètent les ouvriers, notamment celle de mercredi 3 mars en raison des grandes marées.

 La ministre de la Mer, actuellement en visite officielle dans l’archipel (du 1er au 3 mars) doit se rendre à Miquelon demain mardi 2 mars. Elle est très attendue sur cette question de l’érosion. Annick Girardin a en effet annoncé que l'Etat soutiendrait les efforts de la Collectivité territoriale, propriétaire de la route de l'isthme. Mais les investissements nécessaires pourraient se révéler très importants, jusqu'à plusieurs dizaines de millions d'euros.

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live