La vaccination contre la Covid-19 débutera à la mi-février à Saint-Pierre et Miquelon

coronavirus
Vaccination
©2015 Christian Emmer

La logistique mise en place par les autorités devrait permettre à tous les adultes volontaires d'être vaccinés contre le coronavirus d'ici la mi-mars 2021.

A Saint-Pierre et Miquelon, la lutte contre la Covid-19 est sur le point de passer à la vitesse supérieure. Ce mardi, les autorités ont annoncé qu'une campagne générale de vaccination débutera à la mi-février 2021. Durant un mois, l'ensemble des adultes volontaires résidents de l'archipel aura la possibilité de recevoir deux doses de vaccin.

 

10 000 doses du vaccin Moderna

 

Interrogé sur le plateau de notre journal télévisé, le préfet Thierry Devimeux indique que 10 000 doses ont été commandées auprès du laboratoire Moderna, "permettant de vacciner l'ensemble des adultes de l'archipel".

Le représentant de l'Etat précise qu'il a préféré attendre la disponibilité du vaccin de la firme américaine, autorisé en France depuis le début de la semaine, car "il est plus simple à gérer, il peut être conservé à -20 degrés". En effet, l'archipel ne dispose pas de super-congélateur à -70 degrés nécessité par le premier vaccin disponible, celui de Pfizer-BioNtech. "D'ici [le début de la vaccination locale], d'autres vaccins seront peut-être autorisés, notamment les vaccins anglais précise Thierry Devimeux. 

Acheminement par un avion affrété

 

Les modalités de l'acheminement du vaccin jusqu'à Saint-Pierre et Miquelon "restent encore à confirmer". Mais les autorités projettent d'affréter un vol direct en provenance de Paris, afin de livrer rapidement les doses sur l'archipel dans des petits congélateurs, permettant d'éviter la rupture de la chaîne du froid.

 

Deux centres de vaccination dans les salles des fêtes

 

La campagne de vaccination des résidents de Saint-Pierre et Miquelon se déroulera en deux étapes. Lors d'une première phase, la priorité sera donnée à vacciner sur place "600 à 800 personnes fragiles, pensionnaires des maisons de retraite et des résidences service, ainsi que les personnes handicapées, puis les personnels de santé qui les accompagnent.

 

À lire aussi : Obligation de tests PCR au Canada : au départ de Saint-Pierre et Miquelon, seuls les voyageurs en transit sur Air France seront exemptés

Une fois le public prioritaire vacciné, les autorités ouvriront la vaccination à l'ensemble de la population de l'archipel. Deux centres de vaccination seront installés dans les salles de fêtes de Saint-Pierre et de Miquelon. Les habitants pourront soit prendre rendez-vous pour recevoir leurs injections, soit se présenter sans rendez-vous, "avec le risque de faire plus la queue". 

 

Médecins et infirmiers sollicités

 

Comme lors de la vaccination contre le virus H1N1 en 2009, les autorités vont solliciter des médecins généralistes et des infirmiers, sur la base du volontariat, afin de procéder aux injections. Les fonctionnaires de l'Etat, des communes et de la collectivité, ainsi que les sapeurs-pompiers, sont également appelés à collaborer à l'organisation de la campagne.

 

Vaccination volontaire mais fortement conseillée

 

Thierry Devimeux rappelle que le vaccin n'est pas obligatoire en France. Mais il incite tout le monde à se porter volontaire "pour notre capacité à se déplacer". Le préfet reconnaît avoir des obligations de résultat fixé par le gouvernement : "on nous demande de faire en sorte que la population adhère à la vaccination".

À lire aussi : Les élus de Saint-Pierre et Miquelon réclament unanimement une septaine obligatoire à l'arrivée sur le territoire

Lors d'une réunion tenue lundi 11 janvier à la préfecture, le représentant de l'Etat a obtenu le soutien de "l'ensemble des élus de l'archipel", qui se sont déclarés d'accord pour faire passer le message de l'importance de voir chacun se faire vacciner, et même pour montrer l'exemple en se faisant eux-mêmes vacciner publiquement contre la Covid-19.

" J'espère que les efforts d'explication et de conviction que nous ferons tous, permettront de rassurer la population de l'archipel, et qu'elle se déplacera en masse pour se faire vacciner. "

Thierry Devimeux, préfet de Saint-Pierre et Miquelon

 

La fin des masques ? 

 

La question de la levée des gestes barrières ne pourra se poser que lorsque l'immunité collective aura atteint au moins 75 à 80% de la population estime le préfet. Immunité qui selon lui ne sera pas atteinte sur l'archipel avant l'été. Pour Thierry Devimeux, il appartiendra, en temps utile, au conseil scientifique de trancher, afin de définir le degré de risque d'une levée des gestes barrières à Saint-Pierre et Miquelon.

Vaccin exigé pour prendre l'avion ? 

 

Interrogé sur la perspective d'assouplissement des relations aériennes avec le Canada, le préfet de l'archipel rappelle que le lancement d'une vaccination locale généralisée ne peut que rassurer le grand voisin. Il n'exclut pas qu'à l'instar des projets affichés par d'autres compagnies aériennes mondiales, Air Canada puisse ultérieurement interdire l'accès à ses avions aux voyageurs non vaccinés.

" Les canadiens regardent beaucoup ce que nous faisons, et ils adaptent leur posture vis avis de Saint-Pierre et Miquelon en fonction de notre politique de protection sanitaire. Il y a fort à parier qu'ils vont regarder avec attention notre procédure de vaccination, pour voir si elle est bien faite, et pour voir si la population adhère. "

Thierry Devimeux

 

Le préfet Thierry Devimeux est interrogé par Claire Arrossaména.

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live