Des pierres de Saint-Pierre et Miquelon parlent de notre d'histoire

histoire saint-pierre (spm)
Des pierres de Saint-Pierre et Miquelon révèlent quelques morceaux d'histoire
Pointe en pierre polie qui devait être fixée à un harpon en ivoire (période paléoesquimau) ©spm la 1ère
Au cours des semaines de fouilles archéologiques réalisées à Saint-Pierre et Miquelon, les experts ont découvert de nombreux artefacts sur trois sites de recherches. Dans le laboratoire du musée de l'Arche, ils partagent quelques unes de leurs découvertes.

Que ce soit à l'Anse à Henry et au Bois Brûlé à Saint-Pierre ou bien sur le site du Grand Barachois à Miquelon, les archéologues franco-canadiens en mission pour réaliser des fouilles cet été 2021 font part d'une abondance de matériel retrouvé. 

Des objets amérindiens ou paléoesquimaux témoins du passage répété des populations dans l'archipel.

 

Un vaste site longtemps fréquenté

 

Sur le site du Bois Brûlé, les carrières se présentent comme un vaste terrain d'exercice pour ces experts.

A lire aussi : Découverte d'un nouveau site archéologique près de l'étang du Bois brûlé à Saint-Pierre

Plus d'un hectare sur lequel des éclats attendaient de révéler quelques pièces de l'histoire des Hommes durant plusieurs centaines d'années. 

Et à l'Anse à Henry, déjà étudiée en 2019, les archéologues Réginald Auger et Grégor Marchand ont affiné les recherches grâce à de meilleures connaissances du site. Un site par ailleurs en proie à l'érosion. 

 

L'histoire n'a pas livrée tous ses mystères

 

A Miquelon, au Grand Barachois, ce sont des pièces en céramique, poêle en fonte, ou clous forgés qui ont été découverts.

Mais c'est surtout a profusion d'amas coquilliers qui intéressent particulièrement les chercheurs. Car ils espèrent, grâce à ces coquilles de mollusques, remonter le fil de l'histoire plus avant que le XIXème siècle. Jusqu'à présent, les vestiges permettent de dater une présence sur site à cette période. 

Les objets retouvés ont été analysés au laboratoire de musée de l'Arche. Réginald Auger, professeur à l'Université de Laval au Québec en a donné quelques détails à Martine Briand et Aldric Lahiton.