Un nouveau dispositif de dépistage du coronavirus testé au Francoforum

coronavirus saint-pierre (spm)
Un centre expérimental de dépistage du coronavirus
Une structure étanche a été installée à l'intérieur du Francoforum le 29 mai. Cette opération test grandeur nature doit permettre de dépister plus facilement les habitants de Saint-Pierre et Miquelon, en cas d'épidémie de Covid-19. ©SPM la 1ère
Une cellule de dépistage du coronavirus a été mise en place à titre expérimental vendredi 29 mai au Francoforum, sous la direction de l'Administration territoriale de santé. L'opération avait pour but de se préparer à une éventuelle circulation du virus à Saint-Pierre et Miquelon. 
Bâches transparentes, marquage au sol, sas d'accueil pour gérer les flux de patients... le Francoforum a été temporairement transformé vendredi 29 mai en centre de dépistage du nouveau coronavirus. Baptisé "centre Coville", ce dispositif a été mis en place à titre expérimental, pour se préparer en cas d'épidémie de Covid-19 à Saint-Pierre et Miquelon. 

À lire aussi > Coronavirus : à Saint-Pierre et Miquelon, l'hôpital prêt à prendre en charge d'éventuels cas

L'opération a été menée conjointement par l'hôpital, la Croix-Rouge, les infirmières libérales et la collectivité, sous la direction de l'Administration territoriale de santé (ATS). Quatre personnes étaient mobilisées pour monter et étanchéifier en moins de quatre heures une structure bâchée installée à l'intérieur du Francoforum. 
 

"On est dans le cadre d'un exercice terrain pour tester le fonctionnement d'une structure de dépistage [...] Cette structure serait déployée dans une éventuelle phase épidémique. " Cynetia Moutou, directrice par intérim de l'ATS

 
Deux personnes dépistées toutes les cinq minutes


Quarante-six personnes ont effectué leurs prélevements de fin de quatorzaine au centre Coville le 29 mai. Leur parcours était très encadré. "Le patient rentre par l'entrée principale du Francoforum et accède à un couloir bâché. Il suit le circuit et il est accueilli par un agent d'accueil, qui est en zone propre", explique ainsi l'épidémiologiste Damien Pognon. "Il vérifie l'identité du patient par une vitre. Le patient suit ensuite le couloir protégé jusqu'à la salle de prélèvement où il rencontre les professionnels médicaux. Il finit par suivre le couloir jusqu'à la sortie qui mène sur le stade derrière le Francoforum." Le dispositif doit permettre de dépister deux personnes toutes les cinq minutes, sans risque de contamination pour le personnel soignant.
 

Reportage d'Aldric Lahiton, Alain Rebmann et Adrien Develay
 
©saintpierremiquelon