wallis & futuna
info locale

Economie Wallis et Futuna : une légère embellie

économie
pièces
Une embellie pour l'économie de Wallis et Futuna au 2ème trimestre. La "photographie" économique contenue dans la note conjoncturelle de IEOM, l'Institut d'Emission d'Outre-Mer, est plutôt souriante. En tout cas la plus positive depuis plusieurs mois.
L'économie de Wallis et Futuna retrouve -un peu- la santé. Une santé qu'elle avait en partie perdue depuis la période des Mini-Jeux du Pacifique. L'argent public de l'Etat et les fonds européens avaient alors "fait tourner" la machine économique. Et en particulier les constructions. Et ici comme en métropole le mot  prononcé au 19ème siècle par le creusois Martin Nadaud, "quand le bâtiment va, tout va", reste d'actualité.

Malheureusement pour nos îles, en 2014 pas de grands projets et l'atmosphère d'enthousiasme a viré à la morosité. Sauf le léger sursaut avec l'arrivée d'une 2ème grande surface qui a imposé une baisse des prix à la consommation d'environ 30% en cassant un monopole installé depuis de longues années.

                                                                    Plus de dynamisme
La dernière conjoncture économique de l'IEOM marque une certaine embellie.
Les prix à la consommation restent stables en raison d'abord de la chute du prix de l'énergie (-7,8%). La baisse des cours mondiaux du pétrole se sont répercutés ici... avec un retard de 6 mois.
En revanche, les prix de l'alimentation et des produits manufacturés progressent de 1,1% et de 1,2%. 
Cette hausse des prix n'empêche pas la consommation des ménages de repartir à la hausse : +12,2%. Le signe le plus marquant est la hausse des importations de biens d'équipements : +45,9% et celle de 24,4% des biens alimentaires.
La tendance est aussi positive pour les véhicules neufs avec +4,1% sur le trimestre. Avec toutefois un bémol, une baisse des nouvelles immatriculations en rythme annuel.

                                                           Emploi salarié en baisse
Côté négatif, le secteur du BTP et l'emploi des salariés. Depuis 2013 le secteur perd des emplois. L'étude de l'IEOM souligne que le nombre total d'emplois déclarés à la Caisse des prestations sociales est en repli de 1,2% par rapport au trimestre précédent Elle souligne "On dénombre 2032 salariés déclarés sur le Territoire, soit le niveau d'emploi le plus faible depuis le début de l'année 2012".
Pour ce second semestre, pas de grands chantiers attendus. L'installation du réseau de téléphonie mobile sur les deux îles apportera un peu d'activité. Mais elle est surtout prometteuse -avec l'arrivée du câble fin 2016-début 2017, d'un espoir d'un véritable "décollage économique".




Publicité