wallis & futuna
info locale

Enseignants : plus d'emplois pour des profs du fenua

enseignement supérieur et recherche
Licence d'enseignement du premier degré
La signature d'un "Protocole pour la gestion du personnel du second degré" ce vendredi 30 octobre marque un changement dans la politique d'emploi des enseignants à Wallis et Futuna. A terme l'objectif est de remplacer progressivement les profs venus de l'extérieur par des profs du fenua.
"Quelle est la fonction ici des enseignants et des cadres expatriés? C'est de former pour ouvrir aux responsabilités dans tous les domaines les natifs de Wallis et Futuna" Luc Meisonnier, secrétaire général de FO dans l'enseignement (le SFOLOWF) livre son analyse sur les signatures qui viennent d'être apposées au bas du Protocole, celles des syndicats et celle du vice-rectorat. Il s'agit d'un premier pas pour remplacer à terme les profs non-originaires du fenua par des enseignants du cru.
Une raison culturelle sur le fond exprimée par le secrétaire général de F.O. Des études montrent que pour beaucoup d'élèves les enseignants locaux font mieux passer le message pédagogique.
Ce n'est pas la seule raison. 

Une logique économique
En ces temps de budgets cisaillés un enseignant du fenua coûtera moins cher qu'un enseignant "extérieur".
Il touchera le même salaire indexé mais pour lui pas de billet d'avion, de frais de déménagement et surtout pas de "prime d'éloignement" qui correspond tous les 2 ans à 9 mois de salaire indexé. Et donc pour ceux qui ont un contrat de 4 ans à 18 mois de salaire.
Enfin, l'ouverture organisée de postes de bon niveau enrayera à terme la fuite des compétences vers la Nouvelle Calédonie ou la métropole. Une logique enclenchée depuis déjà plusieurs années par la Nouvelle Calédonie et qui commence à porter ses fruits.

Le syndicat a véritablement porté ce texte depuis 2 ans avec le vice-rectorat. Après discussions, modifications, la dernière mouture a finalement été validée par par le service juridique de la préfecture et par le Ministère de l'Education Nationale.
"Ce qui change pour eux, c'est que là, quand ils entrent dans le cadre du Protocole, ils seront sur des postes à temps complet. Ensuite ils bénéficieront d'un tutorat" explique Annick Baillou, la vice-rectrice qui a pesé pour que ce Protocole aboutisse.

Un emploi au fenua
Ces futurs enseignants auront jusqu'à 3 ans pour préparer les concours réservés ou les concours internes. A la rentrée 2016, ils seront huit à avoir un temps plein et à préparer un concours de l'Education Nationale.

Les autres syndicats, le SNES-FSU, le SNALC, l'UNSA ont signé le document même s'ils n'en ont pas été les "moteurs". Il y a fort à parier que des points de tension pourraient apparaître, notamment sur la notion de "gel de postes". L'accès au Protocole de nouveaux contractuels en 2017 devra être observé de près.
Touche optimiste, dès ce samedi, deux étudiants titulaires d'un "master2" se sont faits connaître. Ce Protocole est un signal que des jeunes diplômés ont un emploi et un avenir professionnel sur le Territoire. 



Publicité