Conflit aéroport: Wallis et Futuna de plus en plus isolés

conflit social
Wallis Globe
Sans avion, l'isolement au milieu du grand Pacifique!
Le blocage se poursuit à l'aéroport de Wallis-Hihifo. Les copies du bac professionnel qui doivent être corrigées à Nouméa sont toujours à Wallis. Ce matin, la Grande Chefferie a confirmé sa demande d'un médiateur et présenté le courrier adressé à la Ministre des Outre-Mer.
Passagers bloqués à WAllis, à Futuna ou à Nouméa. 620 personnes sont touchées par ce blocage de l'aéroport qui rentre dans son cinquième jour. Les conséquences sont multiples. L'Education Nationale est aussi touchée.

Bac pro: les copies toujours à Wallis

La vice-rectrice s'est alarmé sur notre antenne de la poursuite de ce mouvement. Les copies du Bac général et celles du Bac technologique ont bien été envoyées vers la Nouvelle Calédonie pour les corrections. Elles sont parties par le dernier vol assuré, celui du vendredi 20 novembre.
Ce n'est pas le cas du Bac Pro."Les copies du Bac professionnel sont restées à Wallis" déplore la vice-rectrice Annick Baillou. Elle ajoute "Il faut que la situation se débloque d'urgence. Nous ne serons pas en mesure d'assurer les épreuves du second groupe. Les élèves ne pourront pas bénéficier du premier groupe si toutes les épreuves n'ont pas été passées".

Un médiateur demandé par la Grande Chefferie

L'affrontement se poursuit entre les coutumiers et le Préfet. Ce matin, la Grande Chefferie au grand complet s'est réunie à côté du Palais Sagato Soane. Un seul sujet à l'ordre du jour: la situation à l'aéroport et les voies pour en sortir. A l'issue de cette réunion ils ont confirmé unanimement la demande d'un médiateur qui avait été faite par le Ministre Uluimonua Pasilite Hensen mercredi sur notre antenne.
Cette fois la confirmation est écrite. Il s'agit d'un courrier daté du jeudi 26 novembre adressé à "Madame la Ministre des Outre-mers". Dans cette lettre de deux pages les coutumiers expliquent à George Pau-Langevin "le conflit qui trouble la quiétude des îles". Ils constatent que le dialogue avec "Monsieur le Préfet marcel Renouf" est impossible. Et demandent la nomination urgente d'un médiateur.

Le Statut de 1961

L'argumentation se fonde sur l'urgence de sortir de l'impasse actuelle et sur le Statut de 1961 qui organise une cohabitation entre la coutume et ses trois royaumes et la République française. "Le Préfet a oublié l'article 3 de la Loi de 1961 qui demande le respect des autorités coutumières et de la coutume. Pour cela nous avons été dans l'obligation de le faire savoir à Madame la Ministre et nous avons demandé un médiateur".

Le courrier est signé "Mahe Fotuaika, Ministre coutumier, Président par intérim du Conseil de circonscription, Sosefo Liufau". Le Mahe, en l'absence de Lavelua, est le premier des Ministres. Suivent les signatures de tous les Ministres coutumiers et des trois "Faipule" des trois districts (nord, centre, sud).

Ce vendredi matin (heure de Paris) la Ministre des Outre-Mer a reçu le Président de l'Assemblée Territoriale. Sur son bureau, deux courriers, celui de la Grande Chefferie et celui de l'Assemblée Territoriale. 
Une issue -quelle qu'elle soit- devrait se dessiner avant le vol Air Calin de lundi midi.