Le budget 2016 adopté par l'Assemblée Territoriale. Un budget de rigueur.

politique
pièces
Les élus de l'Assemblée Territoriale ont adopté le Budget Primitif pour 2016. Il est de  3.509.232.784 francs CFP. En baisse de 459.740.460 par rapport au budget Primitif 2015.
Rigueur, réalisme et choix de priorités sont la trilogie de ce budget 2016.


"Nous voulons tous faire le développement économique au niveau de notre Territoire" constate patelin Patalione Kanimoa, le rapporteur de la Commission des finances. Une courte pause dans sa voix et la suite tombe. Lucide. "Mais la réalité c'est quoi? C'est que nous n'avons pas les moyens de le faire. Il y a eu une année où nous avions sur notre projet de budget 600 et quelques millions au niveau du reversement du SPT". Une année faste où aucune économie n'était prévue... Une situation révolue. Aujourd'hui, l'heure est à la rigueur et aux économies. "La population diminue. Les importations diminuent" explique cet élu qui tient  fermement les cordons de la bourse.

Hausse de taxes douanières

Une partie des délibérations est la conséquence de ce constat sans concession. La baisse des recettes douanières attendue en 2016 est d'environ 7%. La parade est l'augmentation des taxes. Dans sa présentation précise l'adjointe du chef de service des Douanes, Anne Flaugnati rappelle avec habileté en préambule que les Droits et Taxes n'ont pas bougé depuis 2012. Et souligne que cette hausse peut avoir un effet bénéfique sur la Santé publique...

Puis elle se lance dans l'énumération des propositions d'augmentations: "10% de taxes supplémentaires sur les boissons alcoolique". Cela comprend bières, alcools forts et moyens et les vins. Plus 10% aussi sur les droits de douane pour les boissons sucrées -les jus de fruits sont exclus. Pâtisseries, biscuits et produits de la boulangerie seront aussi touchés.

Conclusion de l'Adjointe des douanes: "De janvier à novembre, les recettes douanières ont chuté de 12%. En adoptant ces augmentations feront rentrer dans les caisses à peu près 40 millions de francs". Tout est adopté!
Les "trop gourmands" et les" trop bons vivants" vont devoir serrer ceinture ou porte-monnaie... si les augmentations sont répercutées par les vendeurs... 

La réforme des retraites et la modification des normes d'immatriculation des navires s'inscrit aussi dans cette politique de rigueur. Aucune création de poste n'est inscrite pour 2016. Seule exception, le Service pénitentiaire qui bénéficiera d'un coup de pouce de l'Etat.

Quai de Mata Utu, câble, deux priorités!

Les investissements pour le développement de l'activité économique sont une priorité... donc financés. Rigueur ou pas. 560 millions de CFP -soit 16% du budget- sont prévus pour l'investissement. 
Le projet de câble sous-marin venant de Samoa -qui multipliera par 1000 la connection vers le deuxième semestre 2017- absorbe 477 millions de CFP. Le quai de Mata Utu -l'un des cordons ombilicaux de la vie économique de nos îles- et l'entretien des routes se voient doter de 22 millions de CFP.
Pour l'opposition, par la voix de David Verger, le secteur privé -déjà ponctionné- va encore subir en premier ces décisions de rigueur et d'augmentations. Il souligne avec regret: "on dit qu'on a besoin de recettes mais on ne sait pas encore faire, à part une augmentation des taxes". Et de conclure "Il sera temps de voir ce qu'on peut faire pour le secteur privé". Des paroles restées sans véritable écho. L'heure est au réalisme.





















Les Outre-mer en continu
Accéder au live