Cyclone Tino : le jour d'après

cyclones wallis
tino solidarité
Ici à Lavegahau, la solidarité est de mise pour ramasser les dégâts provoqués par le cyclone Tino. ©Antoine Defives
Après le passage du cyclone Tino, l’heure est au nettoyage pour les habitants de l’archipel. Pas de gros dégâts, mais beaucoup de travail dans les trois districts de Wallis, avec à chaque fois un seul mot d’ordre : la solidarité.
Le calme après la tempête… et l’heure de tout nettoyer pour les habitants de Wallis et de Futuna. Même si les dégâts sont peu nombreux, chacun s'affaire à ramasser les débris et la végétation arrachée. 

Dans plusieurs village, la solidarité est de mise. Tous les habitants se mobilisent pour réparer, notamment, les toitures délabrées après la nuit dévastatrice du weekend dernier. Petits et grands mettent la main à la pâte, comme on pu le constater Antoine Defives et Mirna Kilama.
 
©wallisfutuna

La veille, l'alerte cyclonique de niveau 1 avait été retirée par la préfecture. Elle était en vigueur depuis 3 jours sur l’ensemble des îles.

Aucune victime

Peu de dégâts, même si les traces du passage de Tino restent encore bien présentes… Les arbres et autres lignes à hautes tension n’auront pas résisté à la force de la dépression tropicale. L'île de Wallis était aussi paralysée, avec par exemple des vols reportés ou encore l’absence de messe, le matin, dans le district de Mua.

Un bilan positif rendu possible, en partie, par le 36 36 : un numéro d’urgence mis en place pour la première fois et utilisé à bon escient par la population. Premier bilan, à chaud, du passage de Tino sur l'archipel dans ce reportage signé Antoine Defives et Mirna Kilama.
 
©wallisfutuna
Les Outre-mer en continu
Accéder au live