Des tombes à domicile, pour pallier le manque de place dans les cimetières à Wallis et Futuna

société
cimetiere à domicile
Le manque de place dans les cimetières, la promiscuité ou la volonté d'offrir un dernier confort pour ses proches défunts.. autant de raisons qui ont fait que certaines familles ont opté pour le cimetière à domicile. Cette pratique compte quelques adeptes sur le fenua.
Dans la mouvance de ce mois de novembre consacré aux défunts, ce constat fait depuis plusieurs années à Wallis. Les cimetières sont devenus trop étroits pour y installer de nouvelles tombes. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène et il n'existe pas de réglementation précise sur la disposition, et sur le mode de construction des caveaux. Les coutumiers ont évoqué à plusieurs reprise cette problèmatique, des solutions sont évoquées notamment l'agrandissment du cimetière. Mais il faut mener des négociations avec les familles propriétaires de terrains. L'une des alternatives choisies par certaines familles wallisiennes..construire des tombes non loin de leurs  résidences... C'est le dossier signé Lafaela LIUFAU et Leone VAITANOA
©wallisfutuna
Cette pratique selon le vicaire général, père Kapeliele Katoa est condamnée par l'église catholique. Le clergé va se réunir le 18 novembre prochain et c'est l'un des sujet qui sera abordé à l'occasion de cette table ronde. Et pourtant chez nos voisins samoans, leurs défunts sont enterrés à proximité du foyer familial, un rite ancestral perpétué jusqu'à nos jours. On dénombre près d'une dizaine de familles à Wallis et Futuna qui ont opté pour un cimetière à domicile.