A Futuna, les couturières et les vendeuses de colliers de fleurs s'activent pour honorer les commandes pour Pâques

économie
De plus en plus de commandes de tenues traditionnelles et de colliers de fleurs pour Pâques
©WF1
La fête de Pâques approche, une période certes religieuse, elle marque aussi une période bénéfique pour les couturières et les vendeuses de colliers de fleurs qui reçoivent de plus en plus de commandes ces jours-ci.
Sononefa Tialetagi vit à Fiua dans le royaume de Sigave. Pour subvenir aux besoins de sa famille, elle vend des colliers de fleurs. Depuis, l’ordination de Monseigneur Susitino Sionepoe en mars dernier, son activité ne cesse de s’accroitre, encore plus à l’approche de la fête de Pâques ce dimanche 20 avril. Elle perçoit près de 70 000 francs par semaine depuis le mois dernier.

Pour le grand rassemblement des jeunes du diocèse qui a eu lieu au début du mois,  j’ai confectionné une vingtaine de colliers aussi bien pour des jeunes de Futuna que pour ceux de Wallis car j’avoue que je reçois également des commandes d’Uvea. C’est le cas aussi pour la Pâques.

Sononefa reçoit plus de commandes pour Pâques
©WF1
Dans le village voisin, à Vaisei, Sefolosa Nofonofo est couturière. Comme à chaque grande fête religieuse  au fenua, les commandes sont de plus en plus nombreuses que cette sexagénaire devra refuser plusieurs d’entre elles précise Sefolosa Nofonofo.

 La vie au quotidien n’est pas toujours facile,  surtout dans un foyer où personne n’a d’emploi, mais grâce à mon activité, on peut subvenir aux besoins de ma famille. Par exemple rien que les 2 premières semaines d’avril, j’ai déjà récolté plus de 60 000 francs.

Sefolosa Nofonofo doit finir 6 tenues traditionnelles avant ce dimanche 21 avril
©WF1
Le collier de fleur a une place  importante dans la culture de nos îles et cette tradition se perpétue. Sefolosa et Sononefa devront poursuivre leurs efforts car les fêtes de St Pierre Chanel, le 29 avril, et St Joseph, le 1er mai approchent à grand pas et où les commandes seront doublées voire plus encore.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live