wallis & futuna
info locale

Diabète : attention aux excès de féculents

santé
ignames
©stéphanie vili
Dans le Pacifique, le nombre de diabétiques ne cesse d'enfler et l'on pointe la sur-alimentation et le mode de vie sédentaire. En mission à Wallis et Futuna, un endocrinologue-diabétologue recommande la prudence. Consommer trop de féculents locaux peut être mauvais pour le diabète.
A Wallis et Futuna, plus de la moitié de la population souffre du surpoids ou de l'obésité. L'une des conséquences de ce constat est une prévalence du diabète de type 2. La pathologie favorisée par des facteurs génétiques est surtout liée à une consommation excessive de sucre.

En mission sur le territoire ce mois de Septembre 2019, le docteur endocrinologue-diabétologue Bruno Creugnet enchaîne les consultations. Pour lui, il faut une vraie prise de conscience sur les conséquences d'une mauvaise alimentation sur la population. Il dit oui à la consommation de produits locaux, mais gare aux excès de féculents :

"Tout ce qui va être igname, taro, le riz aussi et bien sûr les frites. Tout ce qui est féculents ça va apporter beaucoup de sucre pour peu que l'on ajoute le l'huile, du beurre, du lait de coco et-caetera..Quand c'est tous les jours à chaque repas et en grande quantité, on apporte trop de sucre."


A l'image des îles du Pacifique, Wallis et Futuna apparaissent comme les victimes de la mondialisation et du progrès. L'avènement d'un mode de consommation plus riche en aliments transformés cotoie les produits locaux. Un mélange dangereux, quand il ne s'accompagne pas d'une activité physique régulière. Avec le temps, la sédentarité s'est faite une place belle dans les foyers, devenant une terre fertile pour les maladies non-transmissibles comme le diabète.
Le docteur Creugnet recommande :

"Il faut travailler sur l'alimentation en essayant d'introduire un maximum de fruits et de légumes cuisinés de manière un peu plus légère et plus saine"

  Tous les médecins s'accordent à dire qu'une alimentation saine associée à la pratique régulière d'une ativité physique sont à la base de tous les traitements, quel que soit le niveau de la maladie ou des soins.

Eclairage sur la mission de Bruno Creugnet en tant qu'endocrinologue et diabétologue à Wallis et Futuna dans ce reportage de Mélodie Sione et Lagimaina Hoatau : 
©wallisfutuna
Publicité