publicité

Pesticides : des alternatives naturelles proposées à Wallis

La chambre de commerces a animé la semaine dernière un atelier sur le thème santé du sol/fertilisation/fabrication de bio pesticides auprès des patentés et des jeunes du projet GIJ dans le cadre de la semaine internationale des alternatives aux pesticides, du 20 au 30 mars.
 

© Crédit photo: CCIMA
© Crédit photo: CCIMA
  • WF la 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Se passer des pesticides de synthèse : l’idée fait son chemin. Les bio pesticides ont  le vent en poupe, mais l’utilisation de produits d’origine naturelle suppose un changement du mode d’exploitation agricole. Au cours de l’atelier, les participants ont réalisé quatre décoctions sous l’œil attentif des agents de la chambre de commerces (CCIMA), à base : d’ail, piment et gingembre; de feuilles de papaye; de fougère; de neem.
© WF1
© WF1
Toutes, sont des moyens de lutte biologiques contre les maladies et les principaux ravageurs des cultures maraichères sur l’ile identifiés : limaces, escargots, pucerons. Selon Gwendoline Cocquet, responsable du secteur primaire à la CCIMA, la lutte préventive est le moyen le plus efficace pour éradiquer les insectes.

 On va appliquer les produits en préventif, on ne va pas attendre que le problème arrive, on va pulvériser ces produits une fois par semaine sur les légumes ou les fruits. On va essayer d’alterner, c’est la raison pour laquelle nous avons présenté 4 purins pour éviter que les insectes s’habituent à ces produits de lutte. Il y a une durée à respecter avant de récolter et mettre en marché c’est-à-dire on préconise trois à quatre jours entre la dernière pulvérisation et la mise en marché et il faudra bien nettoyer les légumes avant de les vendre.

© WF1
© WF1
Monika Saliga a 69 ans, agricultrice depuis 40 ans, cultive divers légumes : tomates, poivrons, oignons verts ou encore des choux chine. Cette dernière utilise la lessive pour lutter contre les ravageurs.

J’utilise la lessive pour éradiquer les insectes et c’est efficace. Par contre ces pesticides naturels sont meilleurs, c’est simple, peu coûteux, naturel, efficace et ça préserve la nappe phréatique »

L’atelier sera prochainement dupliqué à Futuna, et d’autres ateliers pratiques seront organisés, en fonction des demandes et besoins des patentés (sur le compost...) 
 

Sur le même thème

  • agriculture

    A Wallis, le projet GIJ prend forme à Hihifo.

    Débuté à Hahake avec six parcelles, le projet GIJ (Groupe Initiative Jeunesse) a pris de l'ampleur avec cinq  autres terrains à Hihifo dans le district nord. Problème, les jeunes ont de moins en moins la vocation du travail de la terre.
     

  • agriculture

    Le projet Groupe Initiative Jeunesse bientôt à Futuna

    Un an après Wallis, le projet GIJ (Groupe Initiative Jeunesse) est lancé officiellement à Futuna. La CCIMA a fait le déplacement afin de présenter le projet aux autorités coutumières de l'île. L'occasion de repérer des terrains potentiels pour la mise en place du projet 

  • agriculture

    Comment se porte l'agriculture à Wallis et Futuna ?

    Le secteur primaire conserve un rôle majeur a Wallis et Futuna en raison de l’autoconsommation et de la coutume. Considéré comme un des leviers pour le développement, ce secteur peine à se développer. Si les projets ne manquent pas,  les moyens matériels et les financements font défaut.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play