publicité

Première mission pédiatrique à Wallis depuis 2007

 Le docteur Jean Louis DEMARQUEZ pédiatre à la retraite a entamé ses consultations lundi 10 avril dans le district sud. La dernière mission pédiatrique au fenua date de 2007. L’arrivée  de ce spécialiste rassure les parents.

  • WF LA 1ERE
  • Publié le
Au dispensaire de Mu’a, des mamans et leurs bébés attendent patiemment de voir le pédiatre. Dès 7h du matin la salle d’attente  est pleine. Parmi les premiers à être passés, il y a Lupe Tuauli et sa petite Mackenzie.
Âgé de 15 mois, son bébé va bien. La jeune mère est rassurée, le bébé n’aura pas à être transféré à Nouméa : 

«  Aller à Nouméa pose problème pour la famille. Les billets sont chers et on ne peut pas savoir si on peut partir tous les 3 ou juste moi et ma fille »




Sur le même banc, à côté arrivé Pané et son fils de deux ans. C’est la première fois que l’enfant est consulté par un pédiatre. Lors du premier échange, le spécialiste est surpris par l'apparence de l'enfant :

«  C’est un grand gaillard , il a au moins 5 ans !»
«  Non, il a deux ans et 5 mois »
« Sur la courbe il a presque la taille d’un enfant de 4 ans »



Pio pèse 21 kilos, il est en surpoids. Le spécialiste a repéré le moment précis de sa soudaine prise de poids : à ses 18 mois.

«  J’ai demandé à madame ce qui s’était passé dans la vie familiale. Probablement c’est après une pathologie banale et pendant que les parents travaillent, l’enfant a été pris en charge par ses grands parents. Ils sont, de façon culturelle, peu sensibles aux dangers de la suralimentation. »

La consultation avec le spécialiste rassure la jeune maman. Elle déclare :

«  C’est quand même différent, ce ne sont pas les mêmes façons de faire, le pédiatre cherche jusqu’au mode de vie et d’évolution de l’enfant et son entourage. »

Et pour cause, le pédiatre concentre son attention sur l'enfant et ses conditions de vies. Un travail qui demande de la patience et un sens accru de l'observation. Le docteur Demarquez explique :

«  Une consultation pédiatrique c’est très long. Il faut s’occuper de l’enfant, obtenir son assortiment, le déshabiller, le rhabiller. Il faut parler aux parents, éduquer les grands parents. Ça prend beaucoup plus de temps qu’une consultation normale et je crains que nos collègues généralistes n’aient pas toujours la disponibilité pour faire ce travail là. C’est un travail de fond, d’investissement et de pédagogie »




À Wallis près de 90 patients attendent une consultation cette semaine. La priorité est au suivi des enfants nés prématurément ainsi que ceux qui, comme le petit Pio doivent surveiller leur poids.
Le pédiatre est sur le fenua jusqu’au lundi 23 avril. Étant donnée la rareté des visites sur le territoire, profitez en pour emmener vos enfants pendant ces vacances scolaires.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play