publicité

La télémédecine, une opportunité pour Wallis et Futuna

La télémédecine sera bientôt une réalité à Wallis et Futuna, c'est en tous cas ce qu'annonce l'Agence de Santé. Une pratique rendue possible grâce à l'arrivée du haut-débit. Sur le territoire, ce projet est encore à l'étude mais il promet l'accès aux soins à distance. 

© Thierry Pambrun
© Thierry Pambrun
  • Lotana Siakinu'u
  • Publié le
La télémédecine est une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. Elle met en rapport, entre eux ou avec un patient, un ou plusieurs professionnels de santé, parmi lesquels figurent nécessairement un professionnel médical et, le cas échéant, d’autres professionnels apportant leurs soins au patient.

Patrick Lambruschini est le directeur adjoint de l'Agence de Santé de Wallis et Futuna. Il possède une solide expérience dans le domaine. C'est lui qui a mis en place la télémédecine aux Antilles et en charge du projet pour le territoire.

« Nous sommes un territoire isolé, nous avons une petite agence avec une densité médicale faible également, nous n’avons pas de spécialistes. La télémédecine est un véritable avantage, car elle permet d’améliorer l’offre de santé et l’offre des soins pour la population du territoire. Les wallisiens et les futuniens, les résidents du territoire ont accès et auront accès grâce à la télémédecine à une multitude de spécialistes et bien évidemment c’est un gain de chance à l’avenir pour la population de wallis et futuna » 


Cinq actes de télémédecine sont reconnus : la téléconsultation, la télé expertise, la télésurveillance, la téléassistance médicale et la régulation médicale. Ces actes de télémédecine permettent une meilleure prise en charge au plus près du lieu de vie des patients et contribue à rompre l’isolement dont sont parfois victimes les professionnels de santé et les professionnels du secteur médico-social.

« Dans ces actes de télémédecine, il y a des spécialités comme la télé radiologie, la télé-avc, télé-orl, télé-pneumologie, la cardiologie ; à la communauté médicale de l’agence de prioriser. On va prioriser et commencer par les pathologies  prioritaires pour la population et pour l’agence et puis petit à petit, on agrandira les spécialités via cette télémédecine en fonction des besoins des wallisiens et futuniens. » 


La télémédecine ne se substitue pas aux pratiques médicales actuelles mais constitue une réponse aux défis auxquels est confrontée l’offre de soins aujourd’hui.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play