wallis & futuna
info locale

La 6ème édition du FIFO hors les murs est terminée

cinéma wallis
6eme FIFO hors les murs
©Thierry Pambrun
L'édition 2019 du FIFO hors les murs a baissé le rideau ce vendredi-soir au falé de la république. Une affluence toujours au rendez-vous, et une dernière soirée placée sous le signe de la protection de l'environnement. 
Plus de place assisse au falé de la république, comme les soirs passés le FIFO hors les murs a conquis ce vendredi soir. Et pour clôturer l'événement, l'accent a été mis sur la protection de l'environnement dans nos îles du pacifique.


Le moment fort fut certainement la remise du 1er prix « petits ondes participatives » dit « EPOP », organisé par Wallis et Futuna La 1ère. L'idée: à travers le regard d'un sage et à l'aide d'un smartphone, montrer les conséquences du réchauffement climatique sur son territoire en quelques minutes. Et la prouesse revient cette année à Beatrice Jacquin, jeune wallisienne de 18 ans. Dans sa capsule, elle fait témoigner depuis l'ilot Sosefo, un ancien inquiet de la montée des eaux à Wallis.


Après cette remise de prix, a eu lieu la projection de « Anote’s Ark » de Matthieu Ritz. Sur 1h20, le documentaire raconte comment les habitants des îles Kiribati amenées à disparaitre à cause de la montée des eaux, se préparent à quitter leurs terres. Le film a ému l’assemblée et réveillé les consciences. Un engagement a d’ailleurs été pris, celui de ne plus utiliser de verres en plastique au prochain FIFO.

Lagikula-Lenoir Iasinita "J'ai été émue par le documentaire et la problématique du réchauffement climatique. Aujourd'hui on parle de kiribati, mais qui sait demain ça sera peut être Wallis et Futuna?"
 


Isabelle Bernadon a assité à toutes les projections depuis le début du FIFO.
 

"C'était un excellent festival, très riche. Le film Malama Tagata est celui qui m'a marqué. C'était amusant et la présence du réalisateur était une très bonne chose. Mais cette dernière projection sur l'environnement nous rappelle aussi que rien est terminé"


Le prochain festival se déroulera sans Françoise Touzot, la présidente du café falé co-organisateur de l’événement. Elle quitte le fenua, mais elle promet que le FIFO 2020 continuera à rassembler et à faire rêver, grâce à la nouvelle équipe.


 
Publicité