publicité

Futuna: la chefferie de Sigave enfin au complet! Bientôt un roi?

Au royaume de Sigave, la fête du Christ-Roi n'a pas donné lieu à une cérémonie coutumière. Le motif de cette entorse à la tradition est l'absence de roi mais la vacance du trône pourrait ne pas durer car la chefferie est désormais au grand complet après l'installation de deux chefs coutumiers. 

Le drapeau du royaume de Sigave
Le drapeau du royaume de Sigave
  • Par Patrick Ferrante
  • Publié le , mis à jour le
Seule une messe a eu lieu à Sigave, l'un des deux royaumes de Futuna, pour la fête du Christ-Roi, le dimanche 22 novembre.
Comme chaque année de cette décennie 2010, la traditionnelle cérémonie coutumière n'a pas pu se tenir en raison de l'absence de roi, le Tuisigave.
Mais le trône de Sigave pourrait ne plus rester vacant longtemps car la chéfferie de ce royaume est maintenant au grand complet après l'installation de deux chefs coutumiers.

Sigave est sans couronne depuis l'abdication du dernier souverain,Visesio Moeliku, en août 2009, après un règne commencé en mars 2004.
Depuis, le royaume n'a plus connu de Tuisigave reconnu par tous. Entre 2010 et 2014, Polikalepo Kolivai a "régné" sur quelques villages. Le 23 octobre 2014, lors d'un épisode rocambolesque,  il a été reconnu comme roi de Sigave par la chefferie coutumière avant d'abdiquer le jour même!

En juillet 2015, Eneliko Keletaona, frère de l'ancien roi Pasilio Keletaona (1997-2003) a été désigné par sa famille pour monter sur le trône mais pour l'instant, cette proposition n'a pas été entérinée par la chefferie coutumière du royaume et les familles royales en raison de divisions internes.

Cependant la démission du ministre coutumier du village de Nuku, le Kaifaka'ulu  Ateliano Keletaona, le 10 novembre, pourrait faciliter l'intronisation d'un nouveau souverain.
Ce retrait est intervenu après plusieurs semaines de tension avec pour point d'orgue une altercation évitée de justesse lors de la messe du 25 octobre. Le préfet Marcel Renouf avait dû envoyer des renforts de gendarmerie pour tenter de calmer le jeu.

Le successeur d'Ateliano Keletaona, Visesio Atufele, 50 ans, a été installé comme Kaifaka'ulu dès le lendemain par le Manafa, le ministre coutumier du village de Fiua, comme le veut la coutume.
Mais, signe de divisions persistantes, la cérémonie n'a pu se tenir sur le lieu traditionnel, à Vaimalau. "J'ai procédé à cette installation le coeur lourd en raison de ces désaccords mais je l'ai fait à la demande des villageois", a déclaré le Manafa, Maleko Lauouvea. 
Membre de la famille des Kaifaka'ulu et élu de Futuna à l'Assemblée territoriale, Petelo Falelavaki va dans le même sens: "le choix n'a pas été facile mais tout le monde ne peut pas être d'accord sur le choix d'une même personne" puis il assène: "peut être ce choix est de la volonté divine pour apaiser les tensions dans le village de Nuku et au royaume de Sigave​".


Divergences au sein de la chéfferie et des familles royales

Le Kaifaka'ulu ainsi que le nouveau chef coutumier du village de Tavai, le Tialetani Silipetelo Fitialeata ont pris officiellement leur fonction au sein de la grande chefferie de Sigave les 18 et 19 novembre au cour de cérémonies du Kava.
Ces deux nouveaux venus ont rejoint le Saatula Soane Kaikilekofe (village de Vaisei), le Manafa (Fiua), le Safeitoga Fololiano Takala (Leava) et le Tuitoloke Mikaele keletolona (Toloke).

La grande chefferie est donc désormais au complet avec notamment ses cinq ministres coutumiers. L'intronisation d'un Tuisigave devrait en être facilitée même si le choix d'un souverain se joue d'abord au sein des familles royales qui désignent puis démettent facilement  les rois.
Depuis les années 50, les règnes ne durent que deux à trois ans en moyenne à quelques exceptions près (sur 14 règnes, deux ont duré 10 ans, un 6 ans et deux autres 5 ans) . 

Pour l'essentiel deux familles se partagent le pouvoir, les Keletaona et les Tamole même si deux autres clans peuvent également prétendre au trône, les Safoka (trois rois depuis 1917) et les Tiaina (deux rois).

Interrogée sur une prochaine intronisation, le Manafa a répondu: "je ne peux pas vous le confirmer. Dans la chéfferie, chacun a sa façon de voir les choses".
Il aurait pu ajouter que ces divergences de vue existent également au sein des familles royales et de leurs différentes branches. Les désaccords portent entre autre sur les lignées familiales susceptibles d'accéder au trône et donc sur des questions de généalogie.

Dans l'autre royaume de Futuna, Alo, le trône est resté vacant de janvier 2010 à janvier 2014, après l'abdication du dernier Tuiagaifo.  Au bout de quatre ans de discussions les deux familles royales d'Alo ont réussi à surmonter leurs différences, en partie similaires à celles de Sigave, pour se mettre d'accord sur le nom d'un roi.


 





1 448 317 704

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play