publicité

Saccage du "palais" de la chefferie coutumière de Wallis

Un acte de vandalisme, sans précédent récent connu, a été commis le 6 novembre au matin contre le Fale Fono le "palais" de la chefferie de Wallis.
Ce saccage intervient après une semaine à haute tension qui s'est conclue par l'absence d'installation d'un premier ministre coutumier Kalaekivalu.

  • Par Patrick Ferrante
  • Publié le , mis à jour le
Le Fale Fono,  "Palais"  de la chefferie coutumière d'Uvéa (Wallis en Wallisien), a été l'objet d'un saccage en règle, vendredi 6 novembre au matin.
Cet acte de vandalisme, sans précédent récent connu, est intervenu après une semaine de forte tension marquée par l'absence d'installation, un temps envisagée, d'un premier ministre coutumier, Kalaekivalu.
La décision de ne pas installer Samino Taputai, ancien président de l'Assemblée territoriale, a provoqué un fort mécontentement dans son clan.

Situé en face du Palais royal et près de la Cathédrale et de la résidence du préfet, sur le "malae" Sagato Soane, place principale de Mata Utu, le chef-lieu d'Uvéa, le Fale Fono, centre officiel des cérémonies et réceptions protocolaires de la chefferie, est l'emblème de la vie coutumière de Wallis. S'attaquer au Fale Fono c'est donc s'en prendre à un symbole extrèmement puissant.

Les dégats sont importants: vitres systématiquement brisées, piliers de bois mis à terre, tables renversées, et même tableau électrique et toilettes détruits, dans ce paysage de désolation, les assaillants n'ont rien épargnés.
Symbole des symboles, le Tanoa, la vasque de préparation des cérémonies du Kava, a été fracassé. 


Les symboles de la vie coutumière détruits

Les domages sont estimés à plus d'un million de Francs Pacifique par les agents de la circonscription venus nettoyer les lieux.  

C'est donc un Fale Fono dévasté qu'a découvert le 9 novembre, le Pulu'iuvea, le ministre coutumier en charge de l'ordre public.
Celui-çi s'est déclaré "bouleversé de voir ce lieu symbolique complètement saccagé" ajoutant que l'endroit "construit au temps du règne du Lavelua (roi) Tomasi Kulimoetoke (1959-2007)est très symbolique car toutes les décisions de la chefferie concernant la vie de la population sont prises dans ce Fale".

Le Pulu'iuvea affirme n'avoir jamais vu un tel acte de vandalisme, "les limites ont été dépassées" dit-il. Le ministre coutumier annonce cependant qu'il ne déposera pas de plainte à la gendarmerie, une manière implicite d'avancer que la question des sanctions devait se régler au sein de la chefferie, les auteurs des destructions pouvant être identifiés par les responsables de la coutume.

Le gouvernement coutumier est quasiment au complet depuis l'installation d'un nouveau Fotu'atamai, en charge de la Santé le 30 octobre. La cérémonie semblait annoncer l'intronisation possible d'un nouveau souverain de Wallis, le Fotu'atamai jouant un rôle majeur lors d'un couronnement.
Uvéa est sans couronne depuis la déposition de l'ancien roi, en septembre 2014 et sans premier ministre Kalaekivalu depuis le retrait forcé de l'ex titulaire du poste en juin 2015.

Mais l'impossibilité d'aboutir à un consensus sur le nom d'un nouveau premier ministre, la semaine dernière, remet en cause l'apaisement qui s'annonçait et semble avoir suscité un malaise.

Tension chez les Coutumiers du royaume de Sigave à Futuna

La tension est montée au sein de la chefferie coutumière de Sigave, l'un des deux royaumes de Futuna.
Des familles se sont opposées lors de plusieurs incidents notamment dans le village de Nuku.
Dimanche 25 octobre, une bagarre générale a été évitée de justesse lors de la messe.
Pour tenter de prévenir de nouveaux dérapages le prefet Marcel Renouf a décidé d'envoyer des renforts de gendarmerie mobile à Futuna.

Sigave est sans roi depuis plusieurs années en partie en raison d'absence de consensus sur le mode de désignation du nouveau souverain.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play