Yann Fuluhea, l'art floral au bout des doigts

portraits
artiste

Un homme qui fait des bouquets de fleurs, c’est rare à Wallis et Futuna. Et pourtant Yann Fuluhea a pris goût à cet art. Sa femme Huniaga, lui a transmis sa passion pour les fleurs. Ça fait aujourd’hui 3 ans que le couple s’est lancé dans cet affaire florissante.

Yann Fuluhea, grand gabarit, ce gardien de la paix qui, à ses heures perdues fait aussi du lancer de disque, n’a rien d’un fleuriste. Mais derrière ce grand bonhomme aux aspects plutôt rudes, se cache un artisan aux doigts de fée.

FULYA
©Wallis Flora

L’histoire de ce dernier a toujours tourné autour des fleurs. En 2018, Yann, a pris une disponibilité de trois ans pour pouvoir rejoindre à wallis sa femme Huniaga et leur petite fille. Quelle autre marque d’amour et d’affection pour son épouse que de lui offrir des fleurs. Ce qui peut être facile ailleurs ne l’est pas forcément à Uvea. C’est comme ça qu’il découvre, à sa grande surprise, que sur une île ou la culture des fleurs est répandue dans tous les foyers, il n’y a aucun fleuriste.

L’idée germe tout de suite dans son esprit :

« A mon arrivée en 2018, Huni portait un intérêt certain pour les fleurs et la composition de bouquets. Nous nous sommes lancés dans cette activité florale. L'idée était de permettre à la diaspora wallisienne et futunienne résidant hors du territoire, de pouvoir offrir des compositions florales à leurs familles, ami(e)s vivant sur Wallis. »

Dans la famille de Huniaga, on cultivait depuis bien longtemps déjà cette passion des fleurs et des plantes. Yann n’a pas mis longtemps avant de tomber lui aussi sous le charme. Mais à la passion il faut aussi allier la créativité. Selon ce jeune père de famille, les gens lui demandent souvent : « Que peut-il bien faire avec les fleurs qu’il a sous la main ? »

Et si l’on peut penser que faire un bouquet est chose simple, la touche personnelle de Yann fait de siens des œuvres d’arts. Des compositions faites avec des matières locales et biodégradables, car le mot d’ordre de la famille c’est la préservation de l’environnement. Yann utilise des feuilles de palmiers, du bambou, du bois ou encore le coco pour respecter cet esprit. Wallis Flora s’est fait connaître au-delà des mers par son style qui lui est propre. Ils reçoivent des commandes à livrer sur le territoire de partout, ça va de la Nouvelle Calédonie voisine, à la France métropolitaine, Tahiti ou encore même Dubaï.

« A notre grande surprise, nous avons constaté que la population locale nous commandait régulièrement. Nous essayons d’évoluer et nous améliorer à chaque fois. Notre devise est d’essayer justement d’innover. Il n’y a qu’à voir nos premiers bouquets et ceux publiés dernièrement. Nous prenons également en compte les retours de nos clients, ou leur souhait d’avoir des compositions personnalisées (en forme de cœur, un bateau, un croissant, un étage…). Nos prix ont également évolué. Au début, nos fleurs du jardin suffisaient. Ensuite, vu le nombre de commandes qui augmentait, nous avons dû démarcher certaines personnes afin de leur acheter leurs fleurs. Du coup ça leur fait également un revenu pour améliorer leur quotidien. Nous restons à l’affut de toutes les critiques, bonnes ou mauvaises. Nous pensons que c’est comme cela que l’on peut s’améliorer. Nous avons également des commandes pour les défuntes mamans. Leurs enfants, résidant hors du territoire ou ceux sur Wallis nous ont commandé. Nous livrerons chez la famille qui se chargera de les déposer au cimetière ».

Wallis Flora
©Wallis Flora
Wallis Flora
©Wallis Flora
Wallis Flora
©Wallis Flora
Wallis Flora
©Wallis Flora
Wallis Flora
©Wallis Flora
Wallis Flora
©Wallis Flora
Wallis Flora
©Wallis Flora

Leur carnet de commandes pour la fête des mères le 30 mai est déjà plein. Ils ont plus d’une trentaine de commandes de compositions variées, des demandes en hausse qui les ont poussé à arrêter deux semaines avant le Jour J.

Leur activité est totalement artisanale. Cela va de la cueillette des fleurs, la fabrication des supports jusqu’à composition des bouquets et enfin la livraison.

FULYANN

Mais cela n’est pas fait machinalement, le maître mot pour cet artiste floral c’est faire bouquet avec amour et y transmettre toute sa sensibilité :

« La fête des mamans est une occasion spéciale où nous enregistrons énormément de commandes. Au même titre que la fête des pères, la Toussaint, la Saint Valentin. Ce sont des occasions spéciales où de nombreuses personnes souhaitent offrir des fleurs aux personnes chères. Nous essayons en tout cas, de répondre aux mieux à leurs attentes. Quel bonheur de voir un sourire, ou un mot de remerciement d’un client satisfait »

Pour ces passionnés, les fleurs ont leur propre langage, celui de l’amour. Yann et Huniaga rêvent d’ouvrir un jour leur boutique de fleurs sur le fénua.