publicité

L'actu du Pacifique en bref

A  la une de l'actualité dans la région Pacifique, le mardi 30 août.

  • Elodie Largenton ABC Radio Australie / publié par Yvan Avril
  • Publié le

Le gouvernement de Nauru empêche l'ancien président Sprent Dabwido de quitter le pays pour aller se faire soigner en Australie. 

La cour suprême a pourtant ordonné aux autorités de lui rendre son passeport la semaine dernière - passeport qui lui avait été confisqué après une manifestation devant le Parlement de Nauru en 2015. Sprent Dabwido a donc acheté un billet d'avion, mais quand il a voulu embarquer, la compagnie aérienne lui a dit que son passeport avait été annulé. L'ancien président nauruan souffre d'une insuffisance cardiaque et son état se détériore, affirme-t-il. Il dénonce la décision du gouvernement : « C'est contraire à l'éthique, c'est vraiment injuste. Je suis un homme politique, avec mes collègues, on a des limites, on a de l'intégrité. Quand la santé de quelqu'un est en danger, ce n'est plus de la politique, il est question de vie privée et de santé". Le gouvernement de Nauru ne s'est pas exprimé publiquement sur le sujet, pour le moment.
 

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, les cours reprennent aujourd'hui à l'université de technologie de Lae

Après des mois d'interruption. Depuis début mai, de nombreux étudiants boycottaient les cours, demandant la démission du Premier ministre, Peter O'Neill, accusé de détournement de fonds publics. Ces manifestations ont parfois dégénéré en affrontements avec la police et entre étudiants originaires de différentes provinces. Sur le campus de Lae, un élève de première année a été tué fin juin. Ces violences ont entraîné l'interruption des cours, mais l'année universitaire n'a pas été annulée et elle reprend donc à Lae, la deuxième plus grande ville du pays. De leur côté, les étudiants de l'université de Papouasie-Nouvelle-Guinée, à Port-Moresby, retourneront en cours lundi prochain. 
 

40 milliards de dollars : c'est l'enjeu du conflit frontalier qui oppose le Timor oriental à l'Australie.

Pour le régler, la Cour permanente d'arbitrage de La Haye a été saisie. Elle commence ses travaux aujourd'hui. 
Les 40 milliards de dollars correspondent aux revenus de l'exploitation du gaz et du pétrole de la mer de Timor, au nord de l'Australie. Depuis la signature d'un traité en 2006, les deux pays voisins se partagent ces ressources naturelles à parts égales, mais le Timor oriental estime que la zone lui appartient en totalité. Il demande donc l'annulation du traité, ce que refuse l'Australie.
 

Des réseaux informatiques du gouvernement australien et d'entreprises privées ont été frappés par des cyber-attaques émanant de Chine

C'est ce que révèle la chaîne ABC. Au cours de ces cinq dernières années, des pirates ont récupéré des informations sensibles, et notamment les plans d'un satellite géostationnaire de télécommunications, financé par une entreprise privée. Des membres du service de renseignement australien soupçonnent les pirates d'avoir travaillé directement pour le compte des autorités chinoises. Ce sont des allégations « totalement infondées » et de « faux clichés », affirme un porte-parole de l'ambassade chinoise à Canberra.


Hawaï ou Mars, c'est pratiquement pareil

En tout cas, c'est dans l'archipel polynésien que la Nasa a mené une nouvelle expérience en vue de préparer une mission habitable sur Mars. Six volontaires, trois femmes et trois hommes, dont un Français, viennent ainsi de passer un an dans un dôme de 93 mètres carrés, sur les pentes du volcan Mauna Loa, dont le sol rouge peut évoquer Mars. Ils ne pouvaient sortir que rarement du dôme, et toujours en combinaison spatiale. L'expérience a été réalisée avec l'université d'Hawaï.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play