publicité
Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

L'escroc aux fausses petites annonces arrêté

Un Béninois de 26 ans a été arrêté à Meaux, en France. Avec son arnaque aux fausses petites annonces, il a fait 344 victimes partout dans le monde, dont en Polynésie française. Il aurait soutiré environ 120.000 Fcp à chacune d'entre elles.

De plus en plus d’arnaques via Internet © Polynesie1ere
© Polynesie1ere De plus en plus d’arnaques via Internet
  • L. G avec Le Parisien
  • Publié le , mis à jour le

Selon le quotidien Le Parisien, l'escroc présumé doit ses ennuis judiciaires à la police judiciaire de Meaux, mais surtout à Tracfin, un service rattaché au ministère de l’Economie et des Finances, en lutte contre les circuits financiers clandestins.

Le jeune Béninois a été mis en examen par un juge d’instruction du tribunal de Meaux, en métropole, le 12 janvier, pour escroquerie en bande organisée. Le parquet lui reproche d’avoir fait 344 victimes en France pour un préjudice total de 41 millions de F. Il a été écroué dans la soirée de jeudi.

En août 2016, Tracfin signale au procureur de Meaux qu’un homme a encaissé, depuis le 1er janvier 2015, pas moins de 561 mandats cashs dans des agences postales de la région parisienne. Une activité intense qui laisse imaginer des transactions irrégulières. La section économique et financière de la police judiciaire de Meaux est saisie de l’enquête. Les policiers découvrent que, jusqu’en Polynésie, plusieurs dizaines de plaintes ont été déposées à l’encontre de cet homme, qui aurait escroqué environ 120.000 Fcp à chacune de ses victimes.

Ces dernières consultaient les sites Internet Le Bon Coin, Paru Vendu ou encore Viva Street, à la recherche de bonnes affaires. Flashant sur des appartements à louer ou encore sur des voitures, elles ont versé des arrhes pour bloquer les ventes par mandats cashs… pour se retrouver au final devant la porte fermée d’un logement qui n’avait rien à voir avec les photos ! L’escroc présumé, fervent utilisateur de réseaux sociaux, prenait le temps d’échanger des messages avec ses victimes, pour obtenir leur confiance. Des Italiens ou des Canadiens, désireux de louer un appartement à Paris pendant leurs vacances, ont également été floués. Tout comme des Polynésiens à qui il promettait des « bourses familiales ».

La PJ de Meaux n’a pas pu l’interpeller dans un domicile de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), la semaine dernière. Un mandat de recherches a donc été délivré à son encontre. Raison pour laquelle il a été arrêté mardi à Paris, dans le XIIIe arrondissement, à l’occasion d’un contrôle routier, avant d’être placé en garde à vue à Meaux.

Les enquêteurs ont découvert que deux habitants du Bénin seraient ses commanditaires. Ils récupéraient l’argent des arnaques en passant par des compatriotes en France, qui allaient à la rencontre du jeune homme interpellé. Celui-ci espérait obtenir une maison et une voiture dans son pays d’origine. Mais quand il est retourné au Bénin l’été dernier… rien ni personne ne l’attendait.

Sur le même thème

  • justice

    Assises : il avait tabassé sa compagne à mort

    Un nouveau procès pour coups mortels sur fond d'alcool s'est ouvert aux Assises, mardi 30 mai. Les jurés examinent le cas de Tamatea Butcher. L'homme est accusé d'avoir battu sa concubine à mort, le 26 juin 2015, à Raiatea. L'affaire avait été renvoyée une première fois, en février dernier.

    Mis à jour le mardi 30 Mai 2017 à 20:29
  • justice

    Harcèlement moral en série au tribunal

    Au tribunal correctionnel jeudi 28 mai, 29 affaires sont inscrites au rôle. Trois hommes comparaissent notamment pour harcèlement moral. Ils ont été condamnés à des peines allant jusqu'à de la prison ferme pour avoir harcelé des femmes pendant plusieurs mois.

    Mis à jour le jeudi 18 Mai 2017 à 15:42
  • justice

    Deux ans de prison pour Léonard Puputauki

    L'affaire a été jugée mardi 16 mai au tribunal correctionnel. Léonard Puputauki, dit "Rere", a été condamné à 2 ans de prison ferme pour abus de confiance dans le dossier de la SCI Romana, un bâtiment résidentiel situé à Papeete.

    Publié le mercredi 17 Mai 2017 à 11:41
Tahiti Informations Tahiti Informations

Alerte infos 1ère Tahiti Polynésie

Alerte infos 1ère Tahiti Polynésie

publicité
ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Votre site 1ère se modernise, nous aimerions savoir ce que vous en pensez.
Cela ne prendra pas plus de deux minutes.

Donnez votre avis