guadeloupe
info locale

Un(e) Guadeloupéen(ne) au Panthéon ? Et pourquoi pas ?

société
le hall central du Panthéon .jpeg
Au Panthéon, le hall central ©cc-by hydrogen
Du 2 au 22 septembre, vous pouvez participer à une consultation sur internet et proposer qu'un hommage à la personnalité de votre choix soit rendu au Panthéon. C’est la 1ère enquête participative du genre.

L'événement

C’est un véritable événement. Philippe Bélaval, Président du Centre des monuments nationaux, doit remettre le 30 septembre 2013 au Président de la République, un rapport où il sera question d’hommages à des grandes figures, au Panthéon. Alors, pour la première fois, une enquête participative de grande envergure est lancée. Et chacun peut y participer.
 

Pas de référendum

Pour autant, l’enquête lancée sur Internet n’a pas de valeur référendaire, tout au plus, une valeur indicative. Le Centre des Monuments Nationaux précise : « Les résultats de cette consultation n’ont valeur ni de référendum, ni de sondage au sens scientifique du terme, mais ont pour but d’éclairer les propositions que le président du CMN fera au chef de l’Etat à la fin du mois de septembre ».
 

La Reine Olympe

En France hexagonale, déjà, des noms circulent, des manifestations sont organisées pour que différentes personnalités soient présentes au Panthéon. C’est par exemple le cas pour Olympe de Gouges, grande militante de la cause des femmes et de la liberté et de l’égalité des Noirs.
 

Félix Eboué, Guyanais, résistant

Au Panthéon, la mémoire de Félix Eboué est saluée. Ses cendres y ont été transférées, ainsi que celles de Victor Schoelcher, au caveau XXVI. Aux côtés de ce caveau, des noms de grands hommes ont été inscrits : Toussaint Louverture « Combattant de la liberté, artisan de l’abolition de l’esclavage, héros haïtien mort déporté au Fort-de-Joux en 1803 » ; il y a aussi le nom de Louis Delgres : « Héros de la lutte contre le rétablissement de l’esclavage à la Guadeloupe, mort sans capituler avec trois cents combattants à Matouba en 1802. Pour que vive la liberté ».
 

Césaire, non

A la mort d’Aimé Césaire, des voix se sont faites entendre pour que sa dépouille entre au Panthéon. Mais d’autres ont refusé cela. Résultat, Aimé Césaire repose en Martinique, mais une plaque commémorative, portant son nom, a été apposée au Panthéon, 2 ans après sa mort. Un hommage national lui a été rendu
 

La consultation sur internet

La consultation sur internet est ouverte et tout le monde peut y participer. Vous pouvez inscrire votre proposition –argumentée- sur le formulaire en ligne. Pourquoi pas celui d’un(e) Guadeloupéen(ne) ?
 


Le Panthéon
Initialement, le Panthéon devait abriter une église. A l’arrivée, c’est un temple républicain. Le Panthéon, construit par l’architecte Soufflot abrite aujourd’hui les grands hommes de la nation. Parmi eux, Félix Eboué, mais aussi, Alexandre Dumas, dont les cendres y ont été transférées en 2002.
D’autres grands hommes ont refusé leur entrée dans ce sanctuaire. Cela est par exemple le cas de Victor Hugo.
Publicité