Royal et Pau- Langevin en Guadeloupe : un programme chargé

énergie
Clôture conférence biodiversité et changement climatique
©O.Lancien
Ségolène Royal et George Pau- Langevin sont arrivées jeudi en Guadeloupe. Des visites simultanées mais pas pour autant identiques. La conférence sur la biodiversité était certes au cœur du programme commun, mais ce n’était pas l’unique objet de leur visite.
Six ans après la Réunion, c’était au tour de la Guadeloupe d’accueillir la Conférence Internationale sur la Biodiversité et le Changement climatique.
Elle avait pour but d’élaborer la feuille de route conditionnant nos engagements sur ces thèmes environnementaux dans les Régions ultrapériphériques (RUP) et les Pays et territoires d’Outre- mer (PTOM).

Clôture de la Conférence

La ministre des Outremers, et la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie étaient donc dans le département avant- tout pour cette conférence. Vendredi 24 octobre dans l’après- midi, elles ont participé à la lecture du « Message de Guadeloupe », qui synthétise les travaux de la conférence de Guadeloupe :

Les décisions stratégiques prises

Cinq champs étaient au cœur des discussions lors de cette conférence. Le « Message de Guadeloupe » comprend donc des orientations et des actions pour chacun d’eux, mais aussi des propositions d’actions transversales.

Amélioration de la résilience
« Améliorer la résilience » peut être en quelques mots défini comme le fait de permettre à un écosystème ayant subi des traumatismes, de s’en remettre par lui- même. En fait, tout simplement laisser la nature « reprendre ses droits ».
Le principe a toutefois des limites. Face à des espèces invasives, l’Homme peut contribuer au maintien de l’écosystème. Il mène alors des actions dites « d’impact positif ».
Sur ce thème, la conférence a permis d’aboutir à deux orientations stratégiques :
  • aider la transition énergétique dans les RUP et PTOM,
  • l’adoption de mesures améliorant le rendement énergétique, les transports publics, la protection et la réhabilitation des écosystèmes.
Ces orientations nécessiteront plusieurs actions selon les conférenciers comme le développement de la communication sur le changement climatique dans les RUP et PTOM, ainsi qu’une réelle prise de consciences de leurs populations des risques les concernant.

Stopper la perte de Biodiversité
Deux orientations stratégiques ont été retenues jusqu’à 2020 :
  • l’amélioration de la coopération dans les RUP et PTOM en facilitant notamment les initiatives locales (par exemple la lutte contre le poisson lion dans la Caraïbe),
  • assurer le traitement des informations concernant les RUP et PTOM en les incluant aux bases de données d’organismes tels que l’Agence Environnementale Européenne. Leur accorder également un traitement particulier.
Des objectifs qui nécessiteront par exemple l’arrêt de la surexploitation marine et terrestre, ou encore des projets visant à déterminer précisément les habitats de certaines espèces pour stopper leur destruction par l’activité humaine.
 
Favoriser l’économie verte et bleue
Pour ce thème la feuille de route « Message de Guadeloupe » comporte trois d’orientations stratégiques :
  • hiérarchiser ses priorités et financer au plus vite la durabilité écologique des différents secteurs économiques,
  • développer une aide internationale au RUP et PTOM pour le domaine maritime,
  • promouvoir l’accès à la ressource et un partage équitable des bénéfices dans les RUP et PTOM.
Des orientations qui passent entre autre par l’encouragement de l’économie circulaire, permettant aux petites et moyennes entreprises de créer de l’emploi et favorisant l’autonomie énergétique.

Améliorer la connaissance
Deux orientations ont été définies :
  • faire des RUP et PTOM des zones « clés » de la recherche scientifique,
  • permettre la collecte d’éléments à long terme, pouvant servir de socle aux décisions futures sur la biodiversité et le changement climatique.
Un thème pour lequel plusieurs actions sont à prévoir. Parmi elles, le développement de recherches spécifiques, notamment du point de vue socio- écologique, afin de déterminer et réduire les interrogations des populations des RUP et PTOM sur la biodiversité et le changement climatique.

Mobiliser de nouvelles sources de financement
Les orientations stratégiques adoptées pour ce thème, à l’issue de la conférence sont les suivantes :
  • inciter vigoureusement les parties à mettre en œuvre tous les moyens permettant d’avancer l’agenda des grands rendez- vous sur la biodiversité et le changement climatique,
  • permettre la cohérence des financements et investissements publics ayant un impact sur l’environnement dans les RUP et PTOM,
  • établir le meilleur plan d’actions possible au travers d’un partenariat durable, dédié à la biodiversité et au changement climatique permettant aux représentant des RUP et PTOM d'être parties prenantes des décisions économiques concernant leur territoires.
Pour George Pau-Langevin, ministre des Outremers, « Message de Guadeloupe » montre l’engagement des îles qui composent l’outre- mer européen.
Selon elle, les signataires s’engageront à tout faire pour atteindre les objectifs fixés.
Ecoutez George Pau- Langevin :

George Pau- Langevin/ Message de Guadeloupe

(Propos recueillis par Peggy Robert).

La prochaine Conférence Internationale sur la Biodiversité et le changement climatique aura lieu à Paris, en 2015.


La conférence oui, mais aussi d’autres sujets

George Pau- Langevin a traité d’autres sujets lors de sa visite officielle. L’emploi jeudi, et l’urbanisme vendredi matin. Un programme dont elle a fait part sur son compte twitter :


Fin de visite «  marathon » et premier conseil de gestion d’Agoa

Après la clôture de la conférence sur la biodiversité, Ségolène Royal a installé et présidé le premier conseil de gestion du sanctuaire Agoa. Une aire maritime protégée de plus de 143000 kilomètres carrés pour permettre aux baleines de se reproduire en toute quiétude. Il s’agit de l’ensemble de la Zone Economique Exclusive (ZEE) des Antilles françaises.
Une étape évoquée sur les réseaux sociaux par George Paul- Langevin, également partie prenante du conseil de gestion d’Agoa :
Pour la ministre de l’écologie de l’énergie et du développement durable, il faut aller plus loin. Développer une coopération internationale avec les autres pays de la zone et faire encore plus de pédagogie locale.
Ecoutez Ségolène Royal :

Ségolène Royal/ Coopération Agora

(Propos recueillis par Olivier Lancien)


Encore des rencontres

La visite officielle de Ségolène Royale s’achève le samedi 25 octobre avec la rencontre de porteurs de projets sur la transition énergétique et la visite de la centrale géothermique de Bouillante.
Le programme de George Pau- Langevin est établi jusqu’à dimanche, où elle rencontrera les élus et les services de sécurité de Saint- Martin le matin, puis de Saint- Barthélémy, l’après- midi.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live