Guadeloupe: projet de loi sur la biodiversité, un partenariat gagnant entre spécialistes et politiques

politique
Les amendements du sénateur Jacques Cornano, co-rédigés avec le CAGI et plusieurs autres spécialistes adoptés au Sénat
Pamela Obertan, enseignante et chercheur en science politique, membre du Cagi. ©Olivier Lancien
Le projet de loi sur la biodiversité doit faire l'objet d'un vote en plénière mardi 26 janvier au Sénat. Plusieurs amendements de Jacques Cornano (sénateur) ont été adoptés à une large majorité. Le gouvernement en a même repris à son compte. Le Cagi et Jacques Cornano ont travaillé de concert.

Les sénateurs ont travaillé en commission toute la semaine dernière sur ce texte porté par Ségolène Royal, la ministre de l'énergie de l'environnement et du développement durable. Selon les spécialistes, le texte a été amélioré. La Guadeloupe et l’outre-mer en général sont très concernées par ce projet de loi qui va toucher à leur biodiversité. Le sénateur Jacques Cornano s’est fait remarquer. Ses amendements ont été adoptés à une large majorité. C’est le fruit d’une collaboration entre l'élu socialiste et plusieurs chercheurs du CAGI, le centre d’analyse géopolitique et internationale. 

Jacques Cornano a fédéré les sénateurs d’outre-mer, plus largement les socialistes de son camp, mais son action est allé bien au-delà les Républicains ont aussi voté en commission ses propositions. Une victoire supplémentaires pour le sénateur de Saint-Louis de Marie-Galante, le gouvernement a même repris plusieurs de ses amendements à son compte.
 

Les Amendements du sénateur Jacques Cornano, co-rédigés avec le CAGI et plusieurs autres spécialistes adoptés au Sénat

 

Le sénateur a été en profondeur des choses et du débat qui touche particulièrement l’outre-mer. Nos régions représentent plus de 80% de la biodiversité de la France. Il a travaillé avec des spécialistes et au premier titre le CAGI, le centre d’analyse géopolitique et internationale.
 

La satisfaction de Jacques Cornano

Au Cagi c’est Paméla Obertan, enseignante en science politique et droit public qui est porte parole, mais c’est un travail d’équipe avec plusieurs autres associations. C'est aussi un travail sur la durée. 

Le Cagi (le centre d'analyses géopolitiques et internationales) a fourni son expertise sur cette question de la biodiversité de la Guadeloupe et des outre-mer

 

Désormais chaque territoire ultramarin, va recevoir les bénéfices de sa biodiversité. Les outre-mer représentent 80% de la richesse verte et bleue française. Nos régions confèrent aussi à Paris, la deuxième place mondiale en terme de domaine maritime, riche en biodiversité. Il est normal pour les défenseurs de la faune et de la flore que chaque territoire soit aussi représenté au sein des instances de décision.  
 

Des modification substantielles ont été apportées au projet de loi au bénéfice des outre-mer

 

Après le vote en plénière de mardi, le texte va repartir à l’Assemblée Nationale, en seconde lecture. Le sénateur Jacques Cornano se dit confiant quand à l’adoption de ses amendements en l’état par les deux chambres du Parlement. Le Cagi a aussi travaillé avec plusieurs députés.