publicité

2018, année de lutte contre... les robinets sans eau ?

Le dossier de l'eau était incontournable en 2017 et cela n'ira pas en s'arrangeant en 2018. à ce jour, l'investissement est de 30 millions d'euros par an. Le chantier est colossal et  nécessite la mutualisation des forces et c'est là où le bas blesse

  • La 1ère TV Guadeloupe
  • Publié le , mis à jour le
30 millions d'euros d'investissement par an, c'est ce que le département, l'Office de l'eau, l'Etat, la Région et les fonds européens engagent en conjointement. Pour autant, personne ne se trompe en la matière : Il en faudrait le triple pour résoudre la problématique de la rénovation des réseaux sur 10 ans.
Mais quelque chose semble avoir changé depuis la fin de l'année 2017. Piqués au vif, les élus de la Guadeloupe, toutes collectivités et tous horizons confondus, veulent tout mettre en oeuvre pour prendre le problème à bras le corps. 
Sur le terrain, les usagers n'hésitent pas à se rappeler à leur bon souvenir. Même si, bien malin serait  celui qui pourrait dire quelle solution est la plus efficace aujourd'hui pour que tous les Guadeloupéens reçoivent de l'eau à satiété. 
Le dossier de l'eau en Guadeloupe


ENTRETIEN AVEC GEORGES CALIXTE 2

 

Sur le même thème

  • eau potable

    Eau polluée à Gourbeyre : Le procureur de Basse-Terre se saisit de l'affaire

    Des résidus de chlordécone ont été retrouvés dans l’eau des robinets des Gourbeyriens. Le collectif de l’eau de Gourbeyre incrimine la Communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbe. Le procureur de Basse-Terre a envoyé une demande d'information à l'Agence régionale de santé. 

  • eau potable

    L'insupportable manque d'eau

    De nombreux quartiers du sud Basse-Terre toujours privés d’eau, malgré le plan d’urgence. Le Comité de l’eau organise cette semaine des réunions d’information dans les communes concernées, en vue de possibles nouvelles actions.

  • eau potable

    La vie ordinaire, sans eau...

    Certains quartiers des communes du SIAEAG sont privés d’eau en dehors du calendrier des coupures annoncées. C’est le cas des habitants du Plateau Belair à Pliane au Gosier. Exaspérés par cette situation, ils ont appris à s'organiser pour vivre, sans eau

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play