publicité

2018, année de lutte contre... les robinets sans eau ?

Le dossier de l'eau était incontournable en 2017 et cela n'ira pas en s'arrangeant en 2018. à ce jour, l'investissement est de 30 millions d'euros par an. Le chantier est colossal et  nécessite la mutualisation des forces et c'est là où le bas blesse

  • La 1ère TV Guadeloupe
  • Publié le , mis à jour le
30 millions d'euros d'investissement par an, c'est ce que le département, l'Office de l'eau, l'Etat, la Région et les fonds européens engagent en conjointement. Pour autant, personne ne se trompe en la matière : Il en faudrait le triple pour résoudre la problématique de la rénovation des réseaux sur 10 ans.
Mais quelque chose semble avoir changé depuis la fin de l'année 2017. Piqués au vif, les élus de la Guadeloupe, toutes collectivités et tous horizons confondus, veulent tout mettre en oeuvre pour prendre le problème à bras le corps. 
Sur le terrain, les usagers n'hésitent pas à se rappeler à leur bon souvenir. Même si, bien malin serait  celui qui pourrait dire quelle solution est la plus efficace aujourd'hui pour que tous les Guadeloupéens reçoivent de l'eau à satiété. 
Le dossier de l'eau en Guadeloupe


ENTRETIEN AVEC GEORGES CALIXTE 2

 

Sur le même thème

  • eau potable

    Produire de l'eau en terre polluée

    L’impact du chloredéconne sur l’activité économique des entreprises de productions d’eau en bouteille chez. Matouba, Karuline et Capès Dolé sont logées à la même enseigne. A Capes Dolé par exemple, après bien des péripéties judiciaires, il a fallu se donner une nouvelle image

  • eau potable

    Les captages des rivières protégés des pollutions

    Tous les captages, destinés à l’eau du robinet, sont situés en amont des rivières polluées par les pesticides, assure l’ARS. Et des contrôles sont effectués sur l’eau brute et en sortie des usines de traitement

  • eau potable

    Les rivières de Guadeloupe polluées par la chlordécone

    Les pesticides, chlordécone en tête, sont toujours les principaux polluants de nos rivières. Les relevés 2016 de l’Office de l’Eau le confirment. L’Office a aussi détecté dans les crustacés des taux de la molécule jusqu’à 3 000 fois supérieurs à ceux trouvés dans l’eau.

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play