publicité

41 ans de combat et de démarches pour retrouver son identité usurpée par un imposteur

Etienne Théophile habite à Capesterre de Marie-Galante et depuis 41 ans, un homme domicilié à Saint-Martin utilise ses papiers et perçoit sa retraite. Un calvaire juridique qui devrait bientôt connaître son épilogue

© E. Stimpfling
© E. Stimpfling
  • E. Stimpfling
  • Publié le , mis à jour le
Cette histoire débute en 1978 par un fait divers banal : Etienne Théophile, artisan carreleur de son état, se fait voler tous ses papiers lors d’un chantier à Capesterre Belle-Eau. Il dépose plainte et rentre chez lui à Marie Galante. Fin de l’histoire.
Pourtant deux ans plus tard, son voleur est retrouvé et appréhendé par les gendarmes de Saint Martin. Mais l’usurpateur est finalement relâché. Fin de l’histoire.
Et bien non le dossier refait surface au service d’état civil de la mairie des Abymes. Auguste Eugène, cousin d’Etienne Théophile voit passer d’étranges demandes de documents en provenance de la mairie de Fort de France. Il prévient alors son cousin qui dépose une nouvelle plainte, cette fois,  au commissariat de Pointe-à-Pitre, mais la procédure, transmise à Fort de France, n’aboutira pas.
Car entretemps, l’usurpateur a une nouvelle fois déménagé, quittant la Martinique pour retourner s’installer dans la partie française de l’île de Saint Martin mais cela Etienne Théophile ne le découvrira que 10 ans plus tard.
En 2011, il contacte la Caisse générale de la sécurité Sociale pour faire valoir ses droits à la retraite et se heurte à une fin de non recevoir. On lui répond qu’il touche sa retraite depuis 5 ans déjà. L’usurpateur a encore frappé.  


Etienne Théophile va alors entamer un nouveau combat judiciaire pour faire valoir ses droits

Il dépose une nouvelle plainte, la troisième. Plainte qui va étrangement va rester sans suite pendant 4 ans. Il écrit alors à la garde des sceaux, Christiane Taubira, qui va donner instructions de poursuivre.
L’homme qui dit s’appeler Etienne Théophile est finalement arrêté à Saint Martin puis condamné en 2016 par le tribunal correctionnel. Une peine confirmée le 18 décembre 2018 par la Cour d’Appel de Basse-Terre,  6 mois de prison pour prise du nom d’un tiers et un an pour escroquerie. Fin de l’histoire?  Toujours pas.
Rétabli dans ses droits, Etienne Théophile va maintenant devoir se battre contre la Caisse général de la sécurité Sociale de Guadeloupe pour percevoir sa retraite.
9 mois à écrire et prendre son mal en patience. C’est que la CGSS est très embêtée. Elle fait face à un cas de figure sans précédent. Deux retraités pour un seul et même numéro de dossier.

Betty Besry, Directrice du service retraite à la CGSS

Finalement après plusieurs mois d’échange entre administrations centrales, une solution a été trouvé la semaine dernière en faveur du vrai Etienne Théophile. Il devrait enfin toucher sa retraite dans les prochains jours, assortie des rappels depuis 2011.
Alors Fin de l’histoire ? Pas sûr….à suivre…. 
 

Notez d'ailleurs qu'une conférence sur "l'usurpation d'identité" sera donnée vendredi 11 octobre à 18h30 au Centre culturel Edouard Coradin à Saint Claude

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play