L'ARS et la Préfecture facilitent la circulation des professionnels de la santé

coronavirus
infirmiers en tournée
Outre la carte professionnelle, jusque là les forces de l’ordre exigeaient d'eux une attestation de circulation délivrée par l’employeur. L’ARS et la préfecture se sont penchés sur le problème, et la situation a été clarifiée. 
Les infirmiers libéraux de Guadeloupe peuvent désormais souffler. Pour effectuer leurs visites chez les patients à domicile durant cette période de confinement Covid-19, ils devront se munir de leur carte de professionnels de santé et de leur carte d’inscription à l’ordre des infirmiers libéraux.
Pierrette Meury, la vice-présidente de l’ordre des infirmiers libéraux, s’est émue sur nos ondes, mercredi, des exigences des forces de l’ordre en Guadeloupe. Outre la carte professionnelle, les gendarmes exigent une attestation de circulation, quotidienne, de leur employeur. Elle a interpellé l’agence régionale de santé et la préfecture de Guadeloupe, et fait remonter au niveau national. L’ARS de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthelemy et le préfet indiquent dans un communiqué, commun, que cette carte professionnelle d’infirmier ou de médecin est indispensable. Charge au détenteur de prouver qu’il est régulièrement inscrit à l’ordre compétent.
Les infirmiers libéraux de Guadeloupe jouent un grand rôle dans la prise en charge des patients. Malgré la crise du Coronavirus, les autres pathologies sont toujours là. Les patients ont besoin de soins réguliers. En cette période de confinement, ces professionnels mettent leur vie en jeu. Mais ils assurent aussi le maintien du lien social entre des personnes isolées, âgées qui vivent assez mal le maintien à domicile.