Avec la fin de l'état d'urgence, le pass sanitaire disparaît en Guadeloupe

coronavirus
Métropole : les députés adoptent l'article rendant possible la prolongation du pass sanitaire
©RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)
La fin de l’Etat d’urgence sanitaire entraîne la disparition de nombreuse mesures. Parmi elles, l’obligation de présenter un pass pour accéder aux avions.

Après d’âpres discussions au Parlement, le projet de loi mettant fin aux mesures d’exception liées à l’épidémie de Covid 19, a été adopté. Le texte lève la quasi-totalité des mesures restrictives et particulièrement vise à l’abandon du pass sanitaire à compter de ce 1er août 2022.

Le gouvernement ne peut donc plus rien imposer ou presque... C'est le cas pour le confinement, le couvre-feu ou encore le pass sanitaire.

Plus besoin du précieux sésame pour voyager entre la France et les collectivités d’Outre-mer.

Cependant le gouvernement se réserve la possibilité d’exiger un test Covid au départ ou en direction des Outre-mer, sous certaines conditions et dans deux cas. 

Le premier concerne l'entrée en France si l'apparition d'un variant plus dangereux, susceptible de présenter une menace est observé. 

Le second, vers les territoires ultramarins, en cas de risque de saturation du système hospitalier et en concertation avec les élus locaux. 

Mais le chef du gouvernement ne pourra le faire que pour une durée de deux mois. Et cela, jusqu'au 31 mars 2023.

Concernant les masques, il n'y a plus d'obligation de le porter dans les établissements de santé. Cependant, les dirigeants de ces structures peuvent l'imposer dans l'enceinte de leur centre, en cas de menace sanitaire avérée. 

Le texte évoque également une possibilité de réintégration des soignants non vaccinés. Mais uniquement dès que la situation sanitaire ne justifiera plus l'obligation. C'est la Haute autorité de santé qui l'évaluera et qui sera saisie pour prendre cette décision.